L’agroalimentaire breton présente son plan de formation

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Alors que le gouvernement vient de remettre sa feuille de route sur la réforme de l’alternance en France, les industriels de l’agroalimentaire breton ont présenté aux parlementaires un ensemble de propositions pour réformer l’apprentissage et l’adapter aux spécificités du secteur. 

locmaria usine.jpg
locmaria usine.jpg© © Marc Josse/Locmaria

Déjà en 2016, l’Institut de formation régional des industries alimentaires (IFRIA) avait initié un plan de développement de l’apprentissage afin d’augmenter les effectifs de jeunes en formation, et pour impliquer davantage les entreprises dans la démarche d’apprentissage.Un enjeu crucial, pour cette région qui constitue l'un des bassins les plus importants pour le secteur de l'agroalimentaire dans l'Hexagone. 

"Alerter sur les carences dont souffre l'apprentissage"

Pour amplifier cette initiative présentée en 2016, et en parallèle du calendrier du gouvernenement qui vient d'annoncer une batterie de mesures pour réformer l'alternance, un rassemblement régional des entreprises industrielles alimentaires bretonnes s’est tenu le 28 novembre dernier pour travailler sur un plan d’attaque. 260 professionnels RH et décideurs de l’agroalimentaire bretons ont planché autour de trois thèmes : le recrutement et le sourcing ; le tutorat et le management intergénérationnel ainsi que la gestion des parcours professionnels. « Cette concertation lancée en novembre dernier représentait pour nous l’opportunité de sensibiliser l’opinion aux carences dont souffrent la formation et l’apprentissage dans notre filière sur le territoire breton, a expliqué Benjamin Castel, président de l’IFRIA Bretagne et DRH du groupe Bigard. Avec cette future réforme, les objectifs du gouvernement sont en effet clairs : le développement del’apprentissage, la promotion de la formation tout au long de la vie et la baisse du chômage. Aussi, nos propositions présentées ce jour issues du retour d’expériences des entreprises industrielles alimentaires bretonnes, démontrent notre engagement pour une collaboration durable entre professionnels et politiques en faveur de l’alternance et de l’apprentissage. Les ressources humaines de la filière doivent se développer.»

Vendredi dernier, ils ont remis leurs propositions, articulées autour de deux axes, à Muriel Pénicaud, ministre du Travail et les ont présentées à quelques parlementaires bretons dont Graziella Melchior, députée du Finistère.

1/ Responsabiliser l’entreprise industrielle alimentaire bretonne

-Changer de paradigme : considérer la performance sociale comme vecteur de performance économique. Les entreprises industrielles alimentaires bretonnes recommandent le développement des plans de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences afin que le recours à l’alternance soit envisagé dans une dynamique plus globale - intégrant le recrutement, l’accueil et l’intégration, le tutorat, la formation, la transmission et l’acquisition des compétences.

-Gérer individuellement les parcours professionnels, les sécuriser et développer l’employabilité. L’alternance comme outil identifié et mobilisé dans les politiques RH, permettra l’optimisation de l’intégration, la mobilité et la progression des salariés.

-Organiser et manager les transmissions de compétences. Le tutorat doit être reconnu comme valeur fondamentale par les Directions et intégré au fonctionnement de chaque service selon le respect du volontarisme, de la sacralisation du temps dédié au tutorat, la maîtrise du management et l’intégration du maître d’apprentissage ou du tuteur dans le recrutement et l’accueil de l’alternant.

-S’affirmer en tant que recruteur employeur Pour résoudre l’insuffisance de ressources humaines, les entreprises industrielles alimentaires bretonnes encouragent l’entretien de leur notoriété auprès des viviers, le développement d’un marketing RH dédié au recrutement et la bienveillance quant au sourcing et à l’intégration des nouveaux salariés en apprentissage.

2/ Encourager l’évolution du système

-Promouvoir la formation tout au long de la vie. Selon les entreprises industrielles alimentaires bretonnes, l’Etat doit promouvoir la FTLV afin que chaque salarié puisse accéder équitablement à la formation au service de son employabilité. Cela doit passer par la généralisation des comptes personnels deformation et d’activités lancés en 2014.

-Clarifier et simplifier les dispositifs d’alternance Les entreprises industrielles alimentaires bretonnes proposent la définition d’un Contrat Unique d’Alternance mais aussi la miseen place d’une réelle politique d’incitation financière pour le développement qualitatif et quantitatif de l’alternance. Un systèmede labellisation commun aux écoles, instituts et organismes de formation serait également pertinent, tout comme une gestion àla carte des formations en alternance et des référentiels pour plus de réactivité face aux évolutions de la filière.

-Engager une politique volontaire de promotion de l’alternance, notamment auprès des jeunes. Dès sa formation initiale, chaque jeune doit être sensibilisé au fait que la formation s’organise tout au long de la vie et qu’undiplôme initial ne signe pas l’arrêt d’un parcours de formation. Cette information passe par un rapprochement nécessaire entre l’Education Nationale et les entreprises afin de tordre le cou à l’idée que l’alternance serait spécifique à certains niveaux d’études, métiers ou publics.

-Placer l’entreprise au coeur du système de formation. L’entreprise doit pouvoir assumer, en plus de son rôle de recruteur et d’employeur, celui de formateur et devenir une école àpart entière. Cette nouvelle fonction à acquérir doit passer, par exemple, par l’implication d’intermédiaires comme l’IFRIA Bretagne, qui seraient certifiés et répondraient à des exigences de qualité, ou encore la mutualisation d’actions de formation sur les territoires.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA