Marchés

Le potentiel des objets connectés est-il surévalué ?

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer
Chaussures, lunettes, montres, brosses à dents...les objets connectés foisonnent, quitteà passer parfois pourdes gadgets.
Chaussures, lunettes, montres, brosses à dents...les objets connectés foisonnent, quitteà passer parfois pourdes gadgets.© © Colin Anderson/ Getty Images

Objets connectés, informatique vestimentaire, internet des objets… Si les dénominations varient, elles regroupent une même catégorie de produits, à savoir les montres, bracelets et lunettes qui se connectent au web via le smartphone pour proposer différents services. Des produits que les industriels du high-tech présentent comme « the next big thing », soit la catégorie qui va prendre le relais des smartphones, seuls pourvoyeurs de croissance dans le secteur. Mais en a-t-elle le potentiel ? En France, il s’est vendu en 2013 pour 150 M € de produits connectés, selon GfK. Les projections estiment que le marché devrait atteindre entre 400 et 500 M € d’ici à trois ans. En comparaison, il s’est vendu pour 3,5?Mrds € de téléphones mobiles l’an dernier. À ce rythme, il faudra donc des années avant que les objets connectés n’atteignent un poids comparable. Si tant est qu’ils y parviennent un jour.

Un engouement mesuré

Une étude récente de Harris Interactive montre que l’engouement du public est mesuré : 64 % des Français estiment qu’il s’agit pour la plupart de gadgets dont on peut se passer. Pire, seuls deux Français sur cinq en moyenne (39 %) se déclarent favorables au développement de ce marché, et moins de un sur deux (46 %) pense qu’il se laissera aisément convaincre par l’acquisition d’un objet connecté. Des réticences qui s’expliquent par le côté intrusif de certains produits ou le manque criant d’intérêt pour nombre d’entre eux (les montres qui ne sont qu’un écran déporté au poignet de son smartphone). Ce que certains fabricants reconnaissent d’ailleurs. « Aujourd’hui, ces objets sont principalement des gadgets, reconnaît Won Kim, vice-président marketing et vente de LG Europe, mais c’est leur complémentarité avec le smartphone qui est intéressante. Est-ce que demain tout le monde en aura ? Difficile à dire. En tout cas, cette fois, nous ne voulons pas attendre et être parmi les pionniers. » Les fabricants auront donc un gros travail d’éducation à faire pour convaincre (et se convaincre…) que les objets connectés ne sont pas des gadgets. ???F. BI.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA