Le pouvoir d’achat des ménages progresse légèrement grâce à la guerre des prix

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Selon l’Insee, le pouvoir d’achat des ménages progresse de 0,3 %, malgré le ralentissement de la hausse des salaires par tête à +0,4 % au deuxième trimestre. Grâce à la guerre des prix qui stabilisent les dépenses de consommation des ménages.

L'évolution - très faible - du pouvoir d'achat est due à la baisse des prix
L'évolution - très faible - du pouvoir d'achat est due à la baisse des prix

L’économie au deuxième trimestre reste très poussive, selon l’Insee. La croissance du PIB a été confirmée à zéro, les importations comme les exportations sont à la baisse et la balance commerciale se détériore, le taux de marge des entreprises continue de se dégrader  pour retrouver le niveau de… 1985, malgré le Cice. La consommation des ménages reste atone, à + 0,4 %, après -0,6 % au premier trimestre.  L’acquis au premier semestre est donc égal à zéro.  

Le pouvoir d’achat, cependant, progresse légèrement de 0,5 % de au global, et 0,3 % ramené à l’unité de consommation (par ménage), une différence qui s’explique par l’évolution de la population. Grâce à la « baisse des prix des dépenses de consommation des ménages », explique l’Insee.  Autrement dit, par la guerre des prix pour les produits de consommation courante ou la baisse du prix de l’essence et de l’énergie en général. Le taux d’épargne reste accroché au niveau élevé de 15,9 %, démontrant aussi le peu d’envie d’acheter des Français.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA