Le premier Hyper U certifié HQE

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

CONCEPT - Un Hyper U labellisé Haute Qualité environnementale vient d'ouvrir aux Arcs, dans le Var. L'utilisation de matières nobles et de couleurs chaudes confère une ambiance unique, qui semble séduire.

Ouvert depuis une quinzaine de jours, l'Hyper U des Arcs, dans le Var, revendique le titre de premier hyper HQE (Haute Qualité environnementale) construit en France. Pour obtenir cette norme, il a satisfait à une série de critères. À commencer par la mise en place d'un chantier de construction à faibles nuisances, doté d'un schéma d'organisation et de gestion des déchets.

Malgré des travaux encore en cours, l'effet HQE est saisissant au niveau esthétique, à l'extérieur comme à l'intérieur. Les bassins de rétention sont intégrés dans le paysage, 23 % du terrain de 8,6 hectares bénéficient d'une végétalisation, avec 52 % de plus d'arbres plantés qu'exigés par le plan local d'urbanisme. Les architectes du cabinet Becker et Associés ont presque banni les angles droits pour leur préférer des courbes, y compris sur les parkings.

Le cahier des charges a imposé des quais de livraison protégés des vents dominants, des dispositifs antibruits, une gestion des déchets rigoureuse.

L'énergie constitue l'un des chapitres essentiels d'une construction HQE. Le traitement des zones froides, l'éclairage limité à 25 W/m² pour l'alimentaire, 29 W/m2 pour le non-alimentaire, la gestion précise de la climatisation permettent 27 % d'économie d'énergie. Les toitures sont couvertes de 940 m2 de capteurs solaires souples dont la production électrique permet d'économiser l'équivalent de 4 tonnes de CO² par an. Gestion de ressources encore, la consommation d'eau est réduite de 48 % grâce à des équipements sanitaires économes, à la récupération des eaux de toiture pour l'arrosage... Et tous les matériaux sont labellisés NF Environnement.

L'autre intérêt de cette approche est qu'elle donne au magasin une ambiance chaude. L'éclairage, plus doux qu'habituellement grâce à des tubes T5 à faible consommation, y contribue. « Nous avons privilégié le bois et le verre, les courbes, les lignes fluides », explique Stéphane Benhamou, propriétaire du magasin.

Ces aménagements ont un surcoût évalué à 9 %. L'Hyper U représente un investissement total de 17,2 millions d'euros hors taxes pour une surface de vente de 10 000 m2, dont 4 370 m2 pour le magasin lui-même. L'ancien magasin, distant d'un kilomètre, ne totalisait que 2 200 m2.

« Notre zone de chalandise couvre 100 000 personnes », souligne Stéphane Benhamou. Encerclé par trois Carrefour, il a choisi de se démarquer de ses concurrents par la qualité environnementale et la convivialité. « Nous ne faisons pas le même métier, ajoute-t-il entre deux poignées de main données à des clients. Moi, je suis un commerçant de proximité, un artisan, je connais tout le monde ici. Mon métier, c'est le détail, le quotidien. »

« Magasin témoin »

L'organisation du magasin répond à une double stratégie : le découpage en boutiques spécifiques, et la théâtralisation. « Tous les articles sont payés sur la ligne de caisses, mais nous proposons un concept par zone », explique Stéphane Benhamou. L'entrée dans l'hyper s'effectue par un espace culture « surdimensionné » de 450 m2, qui cherche à ressembler à une librairie. Puis suit la zone maison, avec les produits blancs, bruns, enfin déco. Le PDG ne boude pas son plaisir de disposer de la place pour développer sa stratégie : « J'ai voulu des allées larges pour faciliter la théâtralisation des rayons. Tout vise à donner de la puissance au produit. »

Les mises en scène passent par des décorations liées à l'actualité saisonnière, mais aussi par l'utilisation de mobiliers innovants, particulièrement aux rayons poissons et légumes. Les ventes de salades prêtes à consommer, 100 à 120 barquettes par jour, ont fait un bond de 200 % depuis l'ouverture. HQE oblige, le nouveau magasin compte deux fois plus de références bio que l'ancien.

Les premières semaines semblent donner raison à Stéphane Benhamou : « Nous réalisons un beau score, avec un panier moyen à 51 E, dont 22 % de non-alimentaire. Nous avions budgétisé 16 à 17 %. » En 2009, le chiffre d'affaires du magasin devrait évoluer autour de 52 à 55 millions d'euros. Lors de l'inauguration, Serge Papin, président de Système U, y a vu un « magasin témoin ». « 300 associés U étaient ici le 20 octobre. Cet hyper devient notre vitrine. » D'autres suivront, car les premiers résultats apparaissent encourageants, avec un chiffre d'affaires 20 % au-dessus d'objectifs pourtant déjà ambitieux.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2067

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA