Le prix du gazole perce à nouveau le plancher de 1 € dans certaines grandes surfaces

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Malgré la hausse depuis le 1er janvier de la taxe sur les produits énergétiques, comme les carburants et le fioul, certaines stations de grande surface proposent le litre de gazole à 0,99 €.  Et le prix du fioul domestique suit évidemment la tendance.

Les prix du gazole à nouveau à son plancher, moins de 1 €
Les prix du gazole à nouveau à son plancher, moins de 1 €© Kaspars Grinvalds - Fotolia

Les stations-service qui proposent le litre de gazole a moins de 1 € ne sont pas encore très nombreuses, mais elles existent, malgré la hausse de 4 centimes de la taxe sur les produits énergétiques.  En Charentes Maritime, par exemple, le Leclerc de Marans affiche 0,99 € au Totem.  La plupart des autres grandes surfaces se situent entre 1 € et 1,10 €. Dans la région parisienne, le Leclerc de Champigny-sur-Marne est à 1,05 €.

Rebond de courte durée

Le petit rebond de la première semaine de l’année n’a donc pas tenu longtemps. Il faut dire que les cours du pétrole ont chuté de moitié depuis septembre 2014. Ce jeudi 15 janvier, le baril est à 40 € (moins de 50 dollars) et des économistes prévoient la poursuite de la chute à 30 € pour toute l’année 2015, avant un rebond. Ce ne sont que des prévisions et on sait ce qu’elles valent. La chute des prix aurait même été encore plus forte si l’euro n’était pas en chute lui aussi. Par rapport au dollar, l'euro est revenu à sa valeur d’introduction en 1999 !

Compensation de pouvoir d’achat

Du coup, les prix du carburant sont au plus bas (et le rendement des taxes assises sur sa valeur également, le gouvernement en sait quelque chose). Outre le gazole, le prix du SP 95 tourne autour des 1,20 € - 1,30 € le litre. Quant au fioul, le site fioulreduc.com le voit à 0,68 € le litre, en baisse de 10 % depuis une semaine. Voilà qui va redonner un peu de grain à moudre aux ménages. La déflation des prix des carburants, comme ceux de l’alimentaire en général, vont leur permettre de compenser les hausses d’impôts sur le revenu et les hausses des dépenses contraintes, comme les loyers, les assurances, les frais de banque, dont les évolutions peuvent atteindre 5 à 10 fois la hausse de l’inflation.

Bénéfice en trompe-l’œil pour la distribution

Cette chute des prix ne va toutefois pas dans le sens d’une augmentation du chiffre d’affaires des enseignes. Les chiffres avec carburant et sans carburant publiés qui doivent être publiés par Carrefour et Casino pour le quatrième trimestre pourront peut-être renseigner sur le manque à gagner. Apparemment, les enseignes semblent légèrement augmenter leurs marges unitaires, sans doute pour compenser le recul de la masse de marges réalisée avec les carburants. Une augmentation des marges en trompe-l’œil, en quelque sorte.  Par ailleurs, Leclerc serait passé à l’attaque sur les prix des carburants. L’enseigne est visiblement la moins chère partout en France, même si Géant semble vouloir suivre le mouvement d’indépendants dans cette bataille. 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA