Le prix du gazole replonge, certaines stations de grande surface le proposent à 1 € le litre

|

Alors que les cours mondiaux du pétrole sont à nouveau à la baisse notamment en raison de la crise chinoise, certaines stations de grande surface proposent le gazole à moins ou aux alentours de 1€ le litre. Les grandes enseignes vont voir  leur chiffre d'affaires carburants se réduire sensiblement, et l'Etat des ressources fiscales lui échapper. 

Les prix à la pompe sont à nouveau au plus bas
Les prix à la pompe sont à nouveau au plus bas© Kaspars Grinvalds - Fotolia

Sauf erreur de transcription, Le Carrefour Market de Romain, dans le Nord, affiche le gazole à la pompe à 1€, tandis que la Voix du Nord relève qu'un supermarché Match à Oignies propose un prix similaire. Les Super U de Saint Palais Sur Mer (Coop Atlantique), Royan et Arvert sont aussi parmi les moins chers à 1,01 ou 1,02 €. Dans la région parisienne, les stations discount Esso bataillent autour de 1,06 €, mais le Carrefour de Créteil est à 1,03 €, le Total Access de Vitry à 1,04 €, le Leclerc d'Orly à 1,039 €. La bataille semble se jouer au centime dans ce département du Val de Marne. Sur BFM TV, on a pu voir sur des images que certaines stations affichent désormais moins de 1 € pour le gazole, une barre très symbolique. 

62,2 % écoulés par la grande distribution 

Il semble que la situation va perdurer, les cours du pétrole ne cessant de chuter, notamment impactées par le ralentissement de l'économie de la Chine, qui absorbe la moitié de la production mondiale. Le baril resterait autour des 40-50 dollars tout au long de l'année, et même en 2016, selon les prévisions des économistes. La baisse du prix des carburants, mais aussi du fioul domestique, réduit par la même occasion le chiffre d'affaires carburant des grandes enseignes, celles-ci écoulant 27 millions de mètres cubes, soit 62,2 % des carburants routiers. Au premier semestre 2015, Carrefour a réalisé un chiffre d'affaires carburants de 3,4 milliards d'euros. L'autre grand perdant de la baisse des prix est l'Etat. Ce dernier voit fondre ses taxes sur l'énergie (basés sur le prix de vente) et la TVA. Un manque à gagner qui devrait être compensé par une réduction des dépenses...relatives à la baisse des prix. 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres