Marchés

Le projet de continuation de Gad compte près de 1000 licenciements

|

La direction de la société d'abattage de porcs Gad SAS (1.700 salariés) a présenté aux syndicats en CCE extraordinaire un projet de plan de continuation qui prévoit environ 930 suppressions d'emplois dont près de 800 emplois à l'abattoir de Lampaul-Guimiliau (Finistère).

La nouvelle est tombée à l’issue d’un CCE extraordinaire le 28 juin. La direction a convoqué les différents syndicats pour annoncer son plan de continuation, qui devra encore être validé par le tribunal de commerce de Rennes.

Plusieurs sites touchés

930 licenciements sont à prévoir. La majorité des emplois sacrifiés seraient issus de l’abattoir de Lampaul-Guimiliau. S’ajoute le site de produits de charcuterie de St Nazaire, où 64 emplois seraient sur la sellette. Le siège, à Saint-Martin-des-Champs, devrait être progressivement fermé ; 54 salariés y travaillent encore à ce jour.

Des possibilités de reclassement

Ce plan de continuation comprend toutefois des possibilités de reclassement avec 343 emplois qui pourraient être créés à Josselin (Morbihan, 650 salariés) où seront rapatriées les activités d'abattage/découpe, et 400 emplois au sein de la Cecab (groupe coopératif agroalimentaire, actionnaire majoritaire à 65% de Gad SAS, les 35% restants sont détenus par le groupement de producteurs de porcs Prestor), a précisé Annick Le Guével, secrétaire CFDT du CE.

La société est en liquidation judiciaire depuis le 27 février 2013. Aucun repreneur ne s'est manifesté pour sa reprise.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message