Le propriétaire des Galeries entre chez Carrefour

|

Grosse surprise, la semaine dernière avec l’annonce de l’entrée au capital de la famille Moulin, propriétaire des Galeries Lafayette, via Motier. Un contrepoids au duo Arnault-Colony et un pied de nez à Jean-Charles Naouri.

Philippe Houzé avait peut-être déjà un peu la nostalgie du « mass market ». Orphelin de Monoprix depuis l’été 2013, à la suite de la vente des 50% des parts détenues par le groupe Galeries Lafayette, le voilà qui revient toquer à la porte de Carrefour. Enfin pas lui directement, évidemment. Mais Motier, le holding familial de la famille Moulin, qui, le 7 avril, a annoncé l’acquisition de 6,1% du capital du distributeur. Soit un investissement de la bagatelle de 1,3 milliard d’euros.

Un petit rappel généalogique avant de poursuivre, histoire d’être certain de ne perdre personne. Ginette Moulin, 87 ans, petite-fille de Théophile Bader, le cofondateur des Galeries Lafayette, est l’héritière – et l’actionnaire principale – du groupe. Philippe Houzé, actuel président du directoire des Galeries Lafayette, est son gendre. Voilà pour le point famille.

« Investissement stratégique et patrimonial »

Motier, pour expliquer son entrée au capital de Carrefour, évoque un « investissement stratégique et patrimonial ». Le côté « patrimonial » est assez évident. Le cours de l’action Carrefour, à la Bourse de Paris, est, à l’heure où nous écrivons, sous la barre des 29 €. C’est bien mieux que le plus bas des 13 € il y a deux ans, mais loin de ce qu’on peut attendre d’un groupe comme Carrefour.

Quant aux aspects « stratégiques », ils sont évidents, eux aussi. « Cet investissement ne vient pas de nulle part, indique ainsi une source proche des Galeries Lafayette. Le groupe s’est longtemps occupé de Monoprix. C’est un distributeur qui investit. » Ce dernier point est primordial. Surtout pour Carrefour… D’après une autre source, exclusivement financière cette fois, c’est une notion très importante que celle-là. À l’en croire, ce serait, en effet, Georges Plassat lui-même qui a ouvert la porte à la famille Moulin, et Philippe Houzé plus spécifiquement, un homme qu’il connaît bien, qui est de la même génération que lui – 65 ans pour le dirigeant de Carrefour, 66 ans pour celui de Monoprix – et avec la même approche du commerce…

Actionnaire influent

« Le PDG de Carrefour a besoin d’un actionnaire puissant issu du business pour faire contrepoids à Arnault et à Colony », indique le même analyste. Oh ! non que ces deux-là qui, depuis 2007, font un peu la pluie et le beau temps chez Carrefour, soient amenés à partir. Ils sont, au contraire, là pour rester.

Il n’empêche. Le holding Motier, avec ses 6,1% du capital, est maintenant le deuxième actionnaire important, derrière le groupe Arnault (8,43%) et ­Colony Capital (5,89%). On est loin, déjà, de l’époque où, réunis dans Blue Capital, ces deux derniers culminaient au-dessus des 16% du capital… Duran « viré » pour installer Olofsson à sa place, c’était eux. Au moins en sous-main.

Las ! depuis, Olofsson a échoué. Et Plassat est arrivé pour jouer les sauveurs. Un homme de la distribution à la tête de Carrefour, avec des actionnaires qui sont, eux, des financiers. Dans ce contexte, l’arrivée d’un autre « distributeur » pourrait être vue comme celle d’un allié de plus, pour le PDG, face à son « board ». Impossible, évidemment, de faire autre chose que de simples spéculations sur le sujet. Chez Carrefour, et c’est logique, c’est en effet motus et bouche cousue.

Normal.

C’est aussi, si l’on y réfléchit deux secondes, un beau pied de nez à… Jean-Charles Naouri et Casino. Pensez donc : Philippe Houzé, qui a longtemps cohabité avec le PDG de Casino chez Monoprix, va se retrouver à sans doute siéger au conseil d’administration de son concurrent Carrefour. Quel retournement ! On dit « sans doute », car rien n’est fait, bien sûr – et surtout pas cette année : la date butoir est passée pour une éventuelle entrée au conseil dès 2014. Pour autant, en 2015, cela aurait du sens, vu l’investissement consenti. Disons même que cela serait pleinement légitime.

Vers la fin d’un septennat de pouvoir pour le couple Arnault-Colony

  • Mars 2007 Entréede Blue Capitalau capital du groupe Carrefour. Le coursde l’action estalors au-dessusde 50 €.
  • Avril 2007 Le coursde l’action Carrefour atteint son maximum, au-dessus de 57 €.
  • Avril 2008 Blue Capital passe le cap des 10%, et devient le premier actionnaire de Carrefour, après la fin du pacte d’actionnaire de la famille Halley.
  • 1er janvier 2009 Lars Olofsson remplace José Luis Duran à la tête de Carrefour.
  • Novembre 2011 Blue Capital passe de 14à 16% du capital de Carrefour. Le cours est alors sous les 20 €.
  • Mai 2012 Le coursde l’action Carrefourest à son plus bas,à 13 €. Lars Olofsson est remplacé par Georges Plassat.
  • Août 2013 Exit Blue Capital… Le holding regroupant les intérêts de Groupe Arnault et de Colony Capital annonce sa scission. Place à deux actionnaires, avec chacun 8,1% du capital.
  • Avril 2014 Entréeau capital, à hauteurde 6,1%, de la famille Moulin, propriétairedes Galeries Lafayette. Motier, leur holding, devient le deuxième actionnaire de Carrefour, derrière Groupe Arnault (8,43%). Colony Capital en détient, lui, 5,89%. Le cours de Carrefour est alors de 29 €.

Une entréeau capitalpour quoi faire

  • Un « distributeur », Philippe Houzé, nouvel actionnaireimportant de Carrefour, pour contrebalancerle duo de financiers Groupe Arnault et Colony Capital. Voire se préparer à leur retrait un jour…
  • Une question : quid des synergies Possibles à l’international,peut-être aussi en matière d’immobilier commercial.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2315

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message