Le rapprochement d’Auchan et Système U en phase d’examen

|

L’Autorité de la concurrence va se pencher sur 400 zones de chalandise pour déterminer si le rapprochement des deux enseignes pose des problèmes de concurrence locale. Plusieurs mois seront nécessaires.

Bruno Lasserre, président de l’Autorité de la concurrence, sera présent, le 7 octobre, au Congrès négociations commerciales organisé par LSA. De même qu’Emmanuel Macron, ministre de l’Économie, et Nathalie Homobono, directrice générale de la DGCCRF.
Bruno Lasserre, président de l’Autorité de la concurrence, sera présent, le 7 octobre, au Congrès négociations commerciales organisé par LSA. De même qu’Emmanuel Macron, ministre de l’Économie, et Nathalie Homobono, directrice générale de la DGCCRF.

L’alliance entre Auchan et Système U, annoncée juste avant l’ouverture des négociations commerciales l’an dernier, concernait dans un premier temps un groupement des achats – via un contrat de mandat de Système U à la centrale Eurochan, limité à une centaine de fournisseurs. Dans un deuxième temps, elle devait traiter d’un rapprochement des réseaux de magasins, via une « gouvernance commune », notamment des réseaux de supermarchés Simply Market et Super U, tandis qu’une partie des Hyper U (une quinzaine sur 70) prendrait rapidement l’en­seigne Auchan, comme c’est déjà le cas pour l’ex-Hyper U de Gap.

Étudié comme une fusion

C’est l’ensemble de ces opérations qui vient d’être soumis à l’Autorité de la concurrence au titre du contrôle des concentrations. L’opération avait d’abord été discutée à la Commission européenne, qui vient de renvoyer l’examen à l’Autorité. Elle pourrait donner lieu à des cessions de magasins ou des ruptures de contrats de franchise...

Ce n’est pas une fusion – les ­actifs comme les entrepôts restant la propriété de la coopérative Système U, et les magasins du réseau U celle de leurs adhérents. Pour autant, le rapprochement va être étudié comme si tel était le cas, comme une opé­ration de concentration normale, des « 5e et 6e opérateurs les plus importants de la distribution alimentaire ». A ­priori, il n’y a aucune raison que l’Autorité s’y oppose, le poids des deux acteurs ne leur donnant pas une position dominante face aux Carrefour et E. Leclerc. C’est donc au niveau local que tout va se jouer. Car l’opération entraîne des chevauchements d’activités dans environ 400 zones de chalandise.

Changements d’enseigne en vue

Certains des 70 Hyper U pourraient devoir changer d’enseigne. Des mouvements ont déjà été observés, comme l’Hyper U d’Herbignac, pour lequel E. Leclerc a notifié une prise de contrôle à l’Autorité de la concurrence, avant de la retirer : certains adhérents Système U ont peut-être décidé d’anticiper. On verra si d’autres hypers sont concernés, voire mê­me si Auchan ne serait pas amené à en céder de son côté. Il en détient 126 à date. Rien ne sera connu avant l’issue de l’opération.

Pour les supermarchés, même scénario. Un Arcimbo et un Simply Market viennent de passer sous contrôle E. Leclerc. Est-ce lié à un effet du rapprochement d’Auchan et Système U ? Auchan détient 254 supermarchés, Système U, 795, sans compter la proximité (600). Il n’est d’ailleurs pas dit que les chevauchements évoqués posent problème.

Enfin, « l’instruction devra également déterminer si l’opération est susceptible de porter atteinte à la concurrence sur le marché amont de l’approvisionnement en PGC, un marché que l’Autorité a déjà eu l’occasion d’analyser, notamment dans l’avis qu’elle a rendu le 31 mars 2015 relatif au rapprochement des centrales d’achats et de référencement dans le secteur de la grande distribution », ajoute le communiqué.

Dans son avis sur les alliances à l’achat, l’Autorité avait fait savoir qu’elle préférait une structure d’achats distincte des enseignes, à l’instar d’Incaa, pour Casino et Intermarché, aux contrats de mandat adoptés par Système U et Au­chan, mais aussi... Cora et Carrefour. « Nous alertons Système U et Auchan sur le fait qu’un contrat de mandat est plus ­exposé à un risque d’échanges d’informations que lorsque les enseignes cantonnent la négociation dans une structure juridique distincte des sociétés mères », avait précisé Bruno Lasserre à LSA.

L’Autorité de la concurrence rendra sa décision 65 jours après la notification officielle, qui aurait lieu d’ici à deux mois. Ce qui reporte le rapprochement d’Auchan et Système U au mieux à début 2016. 

Les précédents

  • 2014 : rachat de Carrefour par Dia. Carrefour doit céder 56 magasins, sur 800. Ils sont revendus à Auchan et Casino.
  • 2013 : prise de contrôle totale de 230 Monoprix par Casino, qui doit céder – ou rompre des contrats de franchise – 55 points de vente en France, surtout à Paris.
  • 2000-2010 : Carrefour-Promodès, Carrefour Guyenne et Gascogne, Carrefour Hyparlo, Auchan-Mammouth...

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2378

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Nos formations

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres