LE RAYON « CONVERGENT » PORTE PAR LES MOBILES

|

La création d'un rayon numérique dit « de convergence » ne parvient pas à prendre corps. Plus souples, seuls les appareils mobiles commencent à montrer la voie du rapprochement.

Faut-il créer un « rayon convergent » qui réunirait téléviseurs, PC, photo et autres appareils numériques qui tous, ou presque, sont aujourd'hui capables de communiquer entre eux. Question rebattue depuis des années sans grands résultats, car si chacun s'accorde à en reconnaître la logique, aucune enseigne n'a encore osé le bouleversement complet de son organisation qu'une telle refonte supposerait. Les fournisseurs, pourtant, se font suppliants. Sinon, pressants. « La convergence est la tarte à la crème de l'industrie depuis dix ans, reconnaît Olivier Medam, directeur de la division grand public de Fujitsu Siemens Computers. Mais c'est aujourd'hui une réalité, du moins sur le plan technique. Les technologies sont prêtes, les diffuseurs de contenus aussi. C'est maintenant le rôle de la distribution de faire prendre conscience aux clients de cette réalité. »

Réunion autour d'un canapé

 

Avec la patience infinie de celui qui sait ne pouvoir jouer que dans le registre de la persuasion, Microsoft mène le combat autour de sa XBox 360. « Nous aimerions un rapprochement physique entre les consoles et les écrans haute définition, suggère Vincent Gaunet, directeur commercial de la division grand public du fabricant américain. C'est une question que nous abordons avec les distributeurs, mais nous nous heurtons aux freins de fonctionnement habituels. » Chez Fujitsu Siemens, où l'on tente de promouvoir le PC multimédia, Olivier Medam confirme : « Nous savons bien que présenter ces solutions multimédias en éléments séparés rend les choses complexes. Mais la distribution n'est pas enthousiaste à l'idée de vendre des ensembles complets. Nous aimerions la convaincre de présenter la convergence comme elle a présenté le home cinéma : tous les appareils réunis, avec... un canapé pour en profiter ».

De petite taille et d'apparition récente, le multimédia mobile pourrait constituer le fer de lance de cette évolution. La Fnac a pris cette direction lors de la refonte, en 2004-2005, de ses rayons télécoms (LSA n° 1893), y intégrant la plupart des appareils nomades. Mais cette prédominance des télécoms, si elle illustre bien la tendance du marché, peut aussi être porteuse de tensions. « Chez Samsung, assure un distributeur, l'ambiance s'est refroidie quand la division électronique grand public a vu le concept de convergence lui échapper peu à peu au profit des téléphones, qui ont réussi à la mettre en pratique. Le même genre de conflits peut très bien s'imaginer entre chefs de rayon ou de département, entre acheteurs... »

Plus prosaïquement, Lionel Jarlan, le directeur des achats micro-informatiques de la Fnac, a remarqué que le rapprochement des appareils mobiles n'allait pas sans inconvénients. « Cela revient à réunir plusieurs rayons à forte fréquentation, avec une forte densité de petits produits que les gens examinent longtemps », résume-t-il. Un casse-tête de plus, qui ne va pas contribuer à accélérer la mise en place de ce fameux rayon « convergent ».

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1941

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message