Le rayon traiteur libre-service passe au vert

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Porté par la baisse de la consommation de produits carnés, le rayon fait la part belle aux offres de plus en plus vertes. Le traiteur végétal, encore très modeste, affiche une croissance vertigineuse.

rayon traiteur

La fonction de directeur marketing charcuterie serait-elle en voie de disparition ? Une chose est sûre, lors de la présentation des nouveautés de Fleury Michon en septembre 2016, Patrick Le Rüe, directeur marketing charcuterie de l’entreprise vendéenne, ne s’est pas attardé sur les dernières références de jambons ou de lardons. Le sujet du jour ? Le lancement de Côté végétal, une gamme de produits à base de protéines végétales. Quelques mois plus tôt, c’était au tour de Herta, numéro un du jambon de Paris, de faire ses premiers pas sur ce marché avec une gamme de dix références à base de protéines végétales, baptisée Le Bon Végétal. Le rayon traiteur LS, contrairement à celui de la charcuterie, se porte bien, très bien même ! Avec un chiffre d’affaires de 5,6 milliards d’euros, il affiche une croissance de 5,7%. Au sein de ce rayon, plusieurs catégories se distinguent clairement.

Des recettes exclusivement à base de légumes

Il y a, bien sûr, les plats cuisinés individuels, qui font un bond de 6,5 % en valeur, mais également les salades repas, à+ 5,7%. On s’arrête aussi devant le fort dynamisme des pâtes fraîches (+ 6,9%) ou celui des soupes (+ 3,7%). La vitalité du rayon traiteur LS contraste avec celle de la charcuterie LS, dont le chiffre d’affaires s’effrite de 0,3 %, selon les données Iri arrêtées à P6 2016. En cause, la désaffection des consommateurs français pour la viande. Jusqu’à présent la charcuterie occupait une place à part dans l’univers des produits carnés. Mais cela ne semble plus être le cas. Les fléxitariens représenteraient, selon Kantar Worldpanel, près de 25% de la population. Au traiteur LS, cette tendance s’exprime par le développement rapide des produits à base de protéines végétales et, au sein des différents poids lourds du rayon, par des recettes de plus en plus nombreuses exclusivement à base de légumes.

Le traiteur végétal est un tout petit marché de 22 millions d’euros, mais son chiffre d’affaires a fait un bond de 40,8%, selon Iri, en CAM à P8 2016. Une évolution encore plus forte si l’on considère les dernières périodes (+ 68% en CAD et + 99% à P10, selon Iri). De quoi ouvrir grand l’appétit des marques nationales et des MDD. « Le marché est en plein essor », s’enthousiasme Catherine Petilon, directrice marketing chez Herta.

Arrivée en juin 2016, la gamme Le bon végétal fait partie des lancements stratégiques de la filiale charcuterie et traiteur de Nestlé. « La gamme est présente dans 50% de la distribution. E. Leclerc est la dernière enseigne dans laquelle elle est entrée. Notre part de marché est en train de monter. Elle est de 13,4% en valeur à la dernière période disponible », détaille volontiers Catherine Petilon. Quatre références font déjà partie du top 10 des meilleures rotations du traiteur végétal. La gamme, qui bénéficie de la force de la marque Herta, mais aussi d’une large offre (dix références), fera l’objet d’ici à la fin de l’année d’une communication en télévision.

Le rayon traiteur végétal se fait une place

Concurrents sur la charcuterie, Fleury Michon et Herta le sont désormais également sur ce marché du traiteur végétal. La gamme Côté végétal de Fleury Michon se compose de six produits qui, mis à part les falafels, font clairement référence à l’univers des produits carnés. Au menu, un steak à base de soja américain non OGM et de pois, un pavé composé de poivrons et de maïs, ou encore de haricots verts et de petits pois. Les émincés sont aromatisés aux herbes de Provence, et au curry. Quant aux falafels à base de pois chiches et de fèves, ils sont parfumés à la menthe et à la coriandre. Comme pour ses lardons, Fleury Michon a privilégié pour ses trois dernières références des barquettes sécables. Avec un prix de vente recommandé oscillant entre 2,49 € et 2,95 €, l’offre de la marque s’inscrit clairement dans la même fourchette de prix que celle de Herta. Les produits, qui présentent une texture fibrée, sont fabriqués dans l’usine traiteur de Pouzauges, en Vendée.

Signe qui ne trompe pas, les MDD pèsent désormais 18% des ventes sur ce marché. Après le lancement de sa MDD végétarienne sous le nom de Carrefour Veggie, l’enseigne s’est fait emboîter le pas par d’autres distributeurs. En septembre 2016, Système U a lancé sa MDD végétarienne, suivi par E. Leclerc. Selon nos informations, Auchan serait aussi sur le point d’arriver sur ce marché.

Une effervescence qui conforte les intervenants historiques du traiteur végétal. En 1998, Sojasun a été la première à se lancer sur le marché du steak végétal à base de soja. Dix-huit ans plus tard, la marque de Triballat bénéficie d’un taux de notoriété spontanée de 60 %. Avec une part de marché de 40% en valeur, Sojasun est leader sur ce segment. « Le plaisir, le goût et aussi la qualité nutritionnelle guident le développement de nos produits », insiste Christophe Pichot, chef de marque Sojasun. Son signe distinctif : une fabrication locale en Bretagne et une filière graines de soja 100% françaises reposant sur des partenariats passés avec les producteurs. « L’arrivée de grandes entreprises sur ce marché de niche reflète une véritable évolution sociétale. Les consommateurs prennent de plus en plus conscience des enjeux de l’alimentation de demain », poursuit-il.

Des produits «carnés» sans viande

Difficile, pour les industriels, de l’agroalimentaire de rester en marge de cette évolution. Ainsi, en octobre 2015, Nutrition & Santé, le leader de la diététique, a lancé une gamme de substituts de viande, sous la marque Céréal Grill. « Un an après ce lancement, quatre références figurent dans le top 30 des meilleures rotations du traiteur végétal et une dans le top 10 », s’enthousiasme Didier Suberbielle, président de Nutrition & Santé. Pour mettre au point cette gamme, la technique de cuisson-extrusion en milieu humide a été privilégiée, ce qui donne aux produits une texture similaire à celle de la viande. D’ici à 2017, l’entreprise devrait décliner son offre en bio. Elle ne sera pas la seule sur ce créneau, car, au printemps 2017, la marque spécialiste Jardin bio déploiera une offre veggie composée de deux pizzas, de trois salades repas végétariennes et de trois autres recettes végétaliennes.

En chiffres

  • + 5,7 % : l’évolution du CA du rayon traiteur LS, à 5,6 Mrds €
  • + 4 % : l’évolution en volume

Source : Iri, tous circuits confondus, en CAM à P6 2016

  • + 40,7 % : l’évolution du CA du traiteur végétal, à 22 M €

Source : Iri, en CAM à P8 2016

Autres chiffres

  • 9,5% Le taux de pénétration du traiteur végétal, à + 2,4 points
  • 25 % de Français fléxitariens versus 1,5 % de végétariens

Source : Kantar Worldpanel 2015

  • 83 % des Français pensent que les protéines végétales sont indispensables à leur alimentation

Source : GEPV/CSA Perception des protéines végétales en 2016

Autres chiffres

  • 864,6 M€ : le CA des plats cuisinés individuels, à + 6,5 %
  • 805,7 M€ : le CA des salades au rayon traiteur, à + 5,7 %
  • 438 M€ : le CA des sandwichs, à + 4,4 %
  • 108 M€  : le CA des soupes et des sauces fraîches, à + 3,7 %

Source : Iri, en CAM à P6, tous circuits confondus

Toujours une belle vitalité des poids lourds

 

LES PROTÉINES VÉGÉTALES, NOUVELLE PÉPITE DU RAYON TRAITEUR LS ?

 

 

 

 

 

 

 

 

« Les matières protéiques végétales représentent une véritable alternative pour l’alimentation de demain et un levier de croissance pour les industriels de l’agroalimentaire. »

Patrice Bassot, président du GEPV

« Sojasun inscrit son développement dans une démarche durable, privilégiant une filière graines de soja françaises, et des produits gourmands et de bonne qualité nutritionnelle. »

Christophe Pichot, chef de marque Sojasun chez Triballat

 

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2436

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA