Le règlement européen pour développer le bio s’élargit

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, se félicite de la révision de la réglementation européenne relative à la production biologique. Cette dernière a pour objectif d’accompagner le développement du secteur, d’harmoniser les règles applicables et de renforcer les garanties des consommateurs.

La réglementation européenne sur les produits bio s'élargit
La réglementation européenne sur les produits bio s'élargit© Fotolia#102125351 | Auteur : VRD

Initié en mars 2014, le règlement européen relatif à la production bio vient d’être révisé par Bruxelles en Comité Spécial agriculture. Le ministre français de l’Agriculture Stéphane Travert salue ces évolutions, qui, pour lui vont permettre de développer le secteur, d’harmoniser les règles et de renforcer les garanties données aux consommateurs. En effet, cette nouvelle réglementation, applicable à partir de 2021, s’enrichit.

Toujours plus de vigilence

Déjà, le champ d’application est élargi à de nouveaux produits comme la cire d’abeille et les huiles essentielles afin d’offrir toujours plus de produits certifiés aux consommateurs. L’étiquetage des références informe les consommateurs avec un logo européen, l’origine des matières premières et l’identification de l’organisme de contrôle. Le niveau de contrôle est garanti avec le maintien d’une inspection physique par an et par opérateur. Par ailleurs, la nouvelle réglementation facilite l’accès pour les producteurs bio aux semences et animaux répondant à leurs besoins spécifiques. Enfin, elle améliore la lisibilité des règles d’importation pour le consommateur. Ainsi, les produits importés devront respecter la réglementation européenne ou provenir d’un pays tiers ayant obtenu un accord d’équivalence avec l’Union européenne portant sur sa réglementation et son système de contrôle. Le ministre rappelle que dans cette négociation, la France a obtenu des améliorations sur de nombreux points et que de futures étapes vont encore permettre d’améliorer cette dernière pour le développement de la filière. « Le secteur bio se développe, porté par une demande en forte croissance. Il convient de l’accompagner tout en continuant à assurer un niveau d’exigence élevé », indique Stéphane Travert.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA