Le remaniement ministériel, c'est pour la semaine prochaine

|

Le porte- parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a indiqué sur France 2 que le "remaniement ministériel aurait lieu la semaine prochaine". Il a qualifié de "technique" le remplacement de la ministre du Commerce, Carole Delga, et de la ministre de la Recherche, Geneviève Fioraso. François Hollande voulait pourtant doter son gouvernement de ministres plus visibles...

Le porte parole du gouvernement évoque le remaniement ministériel
Le porte parole du gouvernement évoque le remaniement ministériel

Mini-remaniement, finalement ? C'est ce qu'à indiqué le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, qui a révélé sur France 2 que le remaniement ministériel aurait lieu "la semaines prochaine", c'est à dire à partir du 15 juin. Il en a minimisé la portée : deux ministres seulement seraient nommés, pour remplacer Carole Delga, ministre du Commerce, de la Consommation et de l'Economie sociale et solidaire, et Genevière Fioraso, ministre de la Recherche. 

Carole Delga va donc laisser son ministère, comme annoncé depuis longtemps, pour tenter de se faire élire comme présidente de la région Midi-Pyrrénées Languedoc Roussillon. Elle est déjà pratiquement en campagne, multipliant les conférences de presse dans son fief. Qui va la remplacer ? LSA avait déjà émis des hypothèses, incluant notamment les frondeurs, mais les temps ont changé et ces derniers se sont vus marginalisés au parti socialiste, même s'ils donnent encore de la voix. Aucune chance qu'ils n'obtiennent un "maroquin"

Qui pour remplacer Carole Delga ,

Il reste donc en lice désormais les écologistes anti-Duflot, Barbara Pompili (qui a l'avantage d'être une femme pour la parité gouvernementale), un éventuel retour de Valérie Fourneyron (mais elle s'oppose à l'ouverture de la Fnac le dimanche dans la loi Macron), le sénateur écologiste Jean-Vincent Placé, ou encore les députés socialistes Razzy Hammadi, président de la Commission d'examen des pratiques commerciales, désormais bon connaisseur du commerce, ou le président de la Commission des Affaires économiques et de la Commission spéciale chargée de l'examen de la loi Macron sur la croissance et l'activité. 

François Brottes a en effet été très actif sur cette loi, arbitrant dans des débats houleux, notamment sur l'ouverture du dimanche, que les frondeurs ont attaqué au point de contraindre le Premier ministre à utiliser le 49/3. Peu convaincu par un amendement sur la durée des contrats d'affiliation qu'il avait lui-même déposé, il l'a occis lui même par un contre-amendement en seconde lecture devant la Commission spéciale. Les débats de la Commission spéciale se terminent jeudi 11 juin, à la suite de quoi la loi sera discutée en séance publique le 16 juin. François Brottes sera-t-il encore là ou aura-t-il déménagé à Bercy ? Sa proximité avec Emmanuel Macron n'est de toute façons pas de nature à lui nuire... Si, bien sûr, François Hollande et Manuel Valls en décident ainsi.  

Petit remaniement

Le président de la République, si l'on en croit Stéphane Le Foll, privilégierait donc un petit remaniment ministériel, qualifié même par le porte-parole du gouvernement de "technique". On verra la semaine prochaine si le président et le Premier minsitre ne chercheront pas à créer la surprise avec un remaniement plus large, qui concernerait le ministère de la Défense ou celui de la Justice...Une chose est sûre : Carole Delga aura rendu son tablier et ne pourra donc plus assister Emmanuel Macron dans la défense de la loi à l'Assemblée nationale

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter