Marchés

Le retour de Moulinex crée la dynamique

|

Retrouvant l'un de ses gros intervenants, le marché de la friteuse fait preuve d'optimisme, mais devra faire face à la fronde lancée contre l'obésité.

Quatre nouvelles friteuses, une promo de rentrée et une campagne télévisée en décembre ! Plus de doute, Moulinex est de retour. Acteur prépondérant avant son dépôt de bilan, la marque avait dû se retirer du segment en 2002. « Personne n'a profité de la chute de Moulinex. Les grandes enseignes ont réduit la voilure. Là, les canaux de distribution vont redonner de l'ampleur au rayon, donc de la visibilité », rappelle Emma Holmick, chez Philips. Et ce n'est pas plus mal. Si les résultats des friteuses sont stables sur les douze derniers mois, juin et juillet ont été assez mauvais : - 4 % en valeur et - 2,6 % en volume. « En notre absence, le marché a rétréci, mais a augmenté en valeur », estime pourtant Carole Willams, chef de produits chez Moulinex.

En dix ans, le prix moyen d'une friteuse a progressé de 10 E. Et malgré des attaques ciblées en entrée de gamme, à 30-35 E, la construction du marché vers le haut devrait se poursuivre. « Habituellement, le premier achat se fait sur le critère prix, sans faire attention aux questions de nettoyage ou d'odeurs. En renouvellement, les consommateurs vont vers de la cuve amovible et des systèmes de filtre », poursuit-elle. Effectivement, la friteuse est un produit anxiogène. « Il faut des produits faciles à vivre : bec verseur, filtration et stockage de l'huile, compatible avec le lave-vaisselle... », insiste Pauline Vivet chez Seb.

Les enfants d'abord

En parallèle, la réputation de mauvaises odeurs perdure. Seb a sans doute le système le plus efficace. Sa friteuse Azzura va jusqu'à détruire les odeurs de friture, grâce à un système de catalyseur qui les brûle. Seb a également équipé le reste de sa gamme de filtres qui se régénèrent au lave-vaisselle. Pourtant, ce ne sont pas les seuls critères d'achat, comme le prouve le succès de la friteuse Astoria, au design révolutionnaire. D'autant que 35 % des possesseurs de friteuses la laissent sur le plan de travail. Chez Magimix, avec une résistance immergée et une capacité de 5 litres d'huile, on joue plus sur la qualité, le résultat professionnel.

Mais, pour le moment, le contexte général de lutte contre l'obésité et la mode de la cuisson à la vapeur préoccupent les fabricants. « On commence à en parler, mais quand on a des enfants, ça reste dans les moeurs de leur faire plaisir avec des frites », estime Emma Holmick. « On sait qu'ils ne doivent pas abuser des frites, mais on s'est aperçu que la fonction de maintien au chaud faisait évaporer une partie des graisses », ajoute Carole Willams, chez Moulinex.

Pourtant, pour développer l'usage de la friteuse, Moulinex annonce son intention d'offrir un livre de recettes. Un plein d'idées pour faire un repas entier de fritures : bricks au saumon, coeurs d'artichaut, crevettes à la noix de coco et beignets d'ananas. Délicieusement diététique.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter