Le rôle central de l’ERP dans l’industrialisation 4.0 des PME agroalimentaires

PUBLI-RÉDACTIONNEL La digitalisation occupe une part de plus en plus importante dans notre société, et cette dernière peut toucher des domaines divers et variés. L’industrie agroalimentaire en est un exemple parmi tant d’autres, et la gestion de l’entreprise avec un ERP devient essentielle.  

PROG INFO

PG2i Groupe Prog’Info organise un webinar de présentation de la solution ERP Divalto dédiée aux Industriels, fabricants et distributeurs de produits agroalimentaires le 7 octobre 2021 à 14h30.

Inscrivez-vous afin de découvrir cet ERP dédié aux IAA en cliquant sur ce lien.

 

Qu’est-ce que l’industrie 4.0 ?

L’industrie 4.0 représente la nouvelle génération d’usines robotisées, intelligentes et connectées. Animée par l’apparition des nouvelles technologies, le terme voit pour la première fois le jour en 2011 au salon mondial de l’industrie de Hanovre. Ce nouveau modèle, aussi désigné « Industrie du futur » correspond à une façon nouvelle d’utiliser les moyens de production et de distribution dans laquelle les hommes, les machines et les produits interagissent en temps réel et permettent de répondre à des enjeux forts sur la chaine de valeur d’une entreprise :

- Superviser la production. Dans l’industrie actuelle, la production repose sur les connaissances subjectives des ressources humaines pour connaitre l’état de la chaine industrielle (bruit inhabituel, texture, température, etc...). L’industrie 4.0 au travers des nombreuses données récoltées, permet d’analyser et quantifier les procédés de fabrication.

- Superviser la qualité. La production en série nécessite une reproductibilité des processus, et impose par conséquent de maitriser la qualité des produits afin de minimiser la quantité de non conformité et diminuer ainsi l’écart de reproductibilité.

- Optimisation des processus. La dématérialisation des données, l’amélioration de la productivité et de la qualité permettent ainsi de diminuer les couts d’exploitation, de maintenance et de production tout en améliorant les délais de fabrication.

L’industrie 4.0 représente donc un réel défi et une opportunité pour les entreprises, le traitement des données étant l’un des principaux enjeux de cette nouvelle révolution industrielle. Mais quelle place occupe donc l’ERP dans le cadre de ce changement de paradigme ?

 

LERP, colonne vertébrale de lindustrie 4.0

Les principaux enjeux de l’industrie 4.0, qui concernent aussi bien les PME que les ETI et les groupes internationaux, sont de répondre en un temps minimum à la demande client, gérer des produits aux nomenclatures toujours plus complexes tout en maîtrisant des flux de données de plus en plus importants.

Pour gérer ces flux croissants de data, il est nécessaire de collecter et d’interconnecter la totalité des données internes et externes de lentreprise au travers d’un système dinformation global. Le traitement des datas issues de la chaîne de valeur garantit ainsi la réussite d’une usine du futur : de la commande jusqu’à la livraison, en comprenant les données de conception, dapprovisionnement et de fabrication. Intégrant également les données des capteurs intelligents et connectés, adaptés aux besoins de lindustrie (pression, température, vibration, viscosité…), les entreprises industrielles améliorent en temps réel leur niveau de performance à condition que les données collectées soient parfaitement intégrées et partagées dans lERP.

Dans ce principe de continuité numérique, les fabricants et distributeurs sont entièrement pilotés par la donnée afin de garantir une traçabilité irréprochable et de réduire le « Time to Market ».

Le « Data-driven » consiste à supprimer les silos dinformations qui affectent l’échange de données entre les différents pôles et leurs progiciels propres (CAO, GPAO, GMAO, MES LIMS, QMS et ERP). Interfacé à une infrastructure dédiée à lInternet industriel des objets (IioT), lERP permet d‘analyser et d’exploiter des données de manière simplifiée. Combinées au machine learning, ces données ouvrent donc la voie à une plus grande dimension prédictive, omniprésente dans la production, permettant aux industriels de prendre des décisions factuelles en temps réel. 

Après avoir structuré les process en facilitant le recueil et la transmission des données, lERP se place donc au cœur de la « Smart Factory ».

 

Lindustrie 4.0 dans les industries agroalimentaires (IAA)

Confrontée à des réglementations toujours plus strictes et une concurrence de plus en plus importante, lindustrie agroalimentaire doit sans cesse sadapter afin de satisfaire les besoins de ses consommateurs.

Larrivée du numérique présente de nouvelles opportunités pour les entreprises du secteur dorganiser leurs moyens de production et de rester productives et compétitives. Cependant, le paysage industriel agroalimentaire français est constitué à 98 % de PME et TPE qui ont des capacités dinvestissements généralement limitées.

Outre ces barrières, la digitalisation de lindustrie agroalimentaire se base fortement sur les technologies de collecte, danalyse des données et doptimisation de la traçabilité et du processus de contrôle de qualité.

Le principal enjeu des industries agroalimentaires est de réussir à centraliser les données issues des logiciels de gestion de chaque secteur, comme le MES pour la fabrication, l’ERP pour l’approvisionnement, la finance, la logistique… De cette manière, le système d’information est capable de piloter et d’automatiser l'ensemble des flux de données, de la demande de prix jusqu'à la facturation en passant par la création d’OF, picking, création dOF et gestion du SSCC automatisé… tout en simplifiant la relation avec la grande distribution (RFA, RFO, remises, TMP…), et en respectant les normes de traçabilité, de gestion des DLC, DDM, DLUO intégrant les PLM et PIM.

La numérisation et la centralisation des données de ces logiciels sont essentiels et permettent de minimiser les ressources humaines en limitant les couts internes de la non-qualité. Ces frais inhérents aux défauts, aux déchets, au traitement des déviations, ou encore aux actions correctives sont des activités qui mobilisent de nombreuses ressources sans créer de valeur. En les pilotant numériquement, il est plus simple didentifier les récurrences et les sources de défauts les plus critiques afin dutiliser les ressources le plus efficacement possible. Également prisé des industries 4.0, linternet des objets (IoT) permet d’échanger des informations entre le produit, la machine et les opérateurs, offrant une vision objective des conditions de production. Ces différentes données associées à une business intelligence (BI) offrent aux utilisateurs une visualisation des flux de données ergonomique et une analyse factuelle, optimisant ainsi une nouvelle fois le rendement de production. Mais la Big Data n’est pas le seul sujet d’évolution de ces IAA du futur.

En effet, la robotique prend de plus en plus de place dans les usines et offre des possibilités d’utilisation multiples. Les nouvelles technologies AGV (Automated Guided Vehicle) ou AMR (Autonomous Mobile Robots) permettent quant à elles dautomatiser la manutention, la palettisation, le nettoyage, etc…

Les cobots, robots collaboratifs sous forme de bras articulés ou dexosquelettes, permettent quant à eux de minimiser la pénibilité des taches fastidieuses de l’humain, et diminuer le risque de troubles musculo squelettiques (TMS) tout en améliorant la productivité.

 

Pour résumer

La digitalisation révolutionne les processus internes ainsi que lusage des données des IAA.

LERP est étroitement lié à lusine du futur puisqu’il coordonnera l’échange des informations entre lindustriel et l’ensemble de son écosystème, de la commande client à la livraison en passant par toutes les étapes du cycle de vie du produit, jouant ainsi le rôle du chef dorchestre dans l’industrie 4.0. Une plateforme hébergée dans un Cloud sécurisé paraît ainsi incontournable pour absorber l’ensemble des données, tout en réduisant considérablement l’utilisation de papier grâce à la gestion électronique des documents (GED).

Mais l’ERP ne se réduit pas à l’interconnexion ou au pilotage automatisé de systèmes d’informations. Il fait également le lien entre l’humain et la machine doit donc fournir une interface conviviale.

Si aujourd‘hui les innovations technologiques représentent un avantage concurrentiel, demain, seul les PME industrielles qui tireront profit des innovations quoffrent les outils numériques et qui seront dotées dun ERP performant resteront compétitives. Elles auront les moyens d’être agiles et proactives afin de s’adapter aux changements tout en créant de la valeur.

La mise en œuvre de sites de production agroalimentaire 4.0 permet aux ressources humaines de se concentrer sur leurs activités à valeur ajoutée, laissant ainsi les missions répétitives aux algorithmes et aux machines. Moins dopérateurs seront nécessaires, mais les emplois nécessiteront de plus grandes qualifications et une connaissance élevée de lindustrie, de linstallation et des processus de production. Lapproche holistique de lIAA 4.0 devient possible grâce à la parfaite maitrise des produits, des machines, ainsi que des hommes qui les utilisent.

Lutilisation des objets connectés pour traiter la donnée, l’hébergement cloud pour stocker ces données de manière sécurisée et les robots capables danalyser ces informations et décider des meilleures actions à entreprendre grâce au machine learning ouvrent la voie à une productivité accrue et une diminution des ressources nécessaires.

C’est dans cette démarche d’accompagnement à la digitalisation des IAA que l’éditeur d’ERP Divalto, en collaboration avec PG2i Groupe Prog’Info a développé l’ERP DIVALIM, un ERP standard évolutif dédié aux fabricants et distributeurs de produits agroalimentaire. La solution ERP DIVALIM permet de centraliser en son sein toute les fonctions métier dédiées à ce secteur fortement concurrentiel. Il permet de maîtriser et optimiser les achats, les stocks, les réseaux de distribution, la logistique, la gestion de la traçabilité, des normes et réglementations, palettisation et expédition, permettant d'affiner le contrôle de votre chaîne, d'optimiser le pilotage de votre production, ainsi que le suivi des OFs.

Avec l'ERP DIVALIM, vous améliorez la performance de votre entreprise et optimisez l’ensemble de votre chaine logistique, dans le respect de la traçabilité.

 

Contenu proposé par PROG INFO 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message