Chez Amazon, le salaire minimum passe à 15 dollars de l’heure aux USA

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le groupe a décidé d’accorder ces augmentations dès le mois de novembre en réponse aux critiques répétées de plusieurs hommes politiques américains sur les mauvaises conditions de travail des salariés de ses entrepôts.

Jeff Bezos, le PDG et fondateur d'Amazon.
Jeff Bezos, le PDG et fondateur d'Amazon.

Le salaire horaire minimum va passer à 15 dollars de l’heure chez Amazon à partir du premier novembre 2018, a indiqué le géant de la vente en ligne ce 2 octobre dans un post de blog. Cette augmentation concerne les 350 000 collaborateurs que compte l’e-commerçant aux Etats-Unis, qu’ils travaillent à plein temps, à mi-temps ou par intérim dans ses équipes de service client, dans ses entrepôts ou au sein de sa nouvelle filiale Whole Foods. Les salariés qui touchent déjà 15 dollars de l’heure seront également augmentés, a annoncé Amazon, sans préciser de combien. Le groupe n'a pour le moment pas parlé d'augmenter la rémunération de ses collaborateurs à l'étranger. 

Amazon, qui n’a pas communiqué sur le montant actuel de son salaire minimum, probablement car il dépend de la situation de ses salariés, a décidé de faire ce geste après avoir essuyé les critiques de plusieurs hommes politiques américains, le sénateur du Vermont Bernie Sanders en tête. L’ex-candidat à la présidentielle a déposé fin août au Sénat un projet de loi qui propose d'imposer les entreprises US de plus de 500 salariés dont les collaborateurs touchent des aides d'Etat faute d'un salaire suffisant, comme une partie des salariés d’Amazon, selon un article du média à but non lucratif New Food Economy.

Aux Etats-Unis, son concurrent retailer Target a indiqué en septembre 2017 qu’il prévoyait de faire passer le salaire minimum de ses collaborateurs à 15 dollars de l’heure d’ici la fin 2020. Walmart a quant à lui annoncé en janvier 2018 que son salaire horaire minimum serait désormais de 11 dollars. Les deux groupes, et tous leurs concurrents, vont devoir aller plus vite et plus fort pour faire face aux augmentations accordées par Amazon, juste avant la période du black friday et de Noël, où le monde de la distribution et de l’e-commerce recrute beaucoup de main d’oeuvre temporaire pour faire face au pic des commandes.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA