Marchés

Le saumon fumé épargné par la crise

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Alors que le surimi se débat dans les eaux saumâtres de la récession, le saumon fumé affiche des courbes très flatteuses. Il est imité par une grande partie du rayon, que rien ne semble troubler.

Pour Landvika, « tout plaide en faveur de la truite au plan de la qualité ». Pour convaincre le consommateur, les marques misent en partie sur le bio, telle Ovive.
Pour Landvika, « tout plaide en faveur de la truite au plan de la qualité ». Pour convaincre le consommateur, les marques misent en partie sur le bio, telle Ovive.

Etant donné le contexte, les chiffres ont de quoi surprendre : dans un marché de la saurisserie en progression de 5% en volume et de

LES TENDANCES

Le saumon fumé affiche des performances qui ne finissent pas d'étonner et bénéficie de la chute de la consommation hors domicile. La filière de la truite mise sur des propositions plus qualitatives pour combler un peu son déficit de notoriété. Malgré le dynamisme des MDD, le surimi ne parvient pas à retrouver la croissance.

5,8% en valeur, le saumon fumé a culminé à + 6,5% en volume et + 6,2% en valeur ! Mieux : au plus fort de la crise, il gagnait plus de 2 points en volume et près de 1 en valeur, de novembre à décembre 2008, quand le champagne en perdait 12 et les huîtres 9. Le saumon fumé apparaît comme la locomotive du rayon, loin devant la truite, le hareng ou le surimi. Ce dernier poursuit sa dégringolade à - 1,5% en valeur et - 1,7% en volume (- 3,1% et - 4,1% l'an passé). Et Fleury Michon et Coraya perdent du terrain au profit des MDD.

 

Le retour des menus plaisir à la maison

Les crevettes, elles, restent sur une croissance supérieure à 20%. Un chiffre qui ne saurait occulter, selon un dirigeant d'Unima

  • 1,28 M€ Le chiffre d’affaires, +5,8%en valeur +5%en volume
  • 1,77% La part dans le CA total des PGC
  • 54,9% Le poids en valeur desMDD

Source: IRI Données CAM à fin juin 2009 Évolution versus CAM à fin juin 2008

(Nossi-Bé), la crise structurelle dans laquelle est enfoncé le marché depuis des années. Face à la chute continue des cours et à une grande distribution qui fait du crustacé un produit d'appel, le groupe dit « s'en sortir » grâce à des éco-modèles de pêche et d'élevage responsables et à une certification label Rouge, qui permettent de « valoriser la matière première ». « Nous attribuons en premier lieu la bonne santé du saumon fumé et du rayon saurisserie en général au report de la consommation hors domicile vers des menus plaisir à la maison, analyse Marine Cossin, chef de produit chez Labeyrie, marque leader devant Delpierre. Et puis les produits de la mer répondent aux aspirations des consommateurs de manger de manière plus saine et plus variée. »

 

La truite bien perçue par le consommateur

Après les nouvelles origines, et un saumon venu du Canada l'an passé, la filiale de l'islandais Alfesca poursuit sa stratégie de

  • Les poissons fumés et préparés +10,1%, à 267,6 M€
  • Autre saurisserie +6,9%, à 356,9 M€
  • Le saumon fumé +6,2%, à 429,7 M€
  • Le surimi -1,5%, à 221,6 M€

propositions à plus forte valeur ajoutée. En particulier sur le saumon fumé sauvage, dont la progression a été supérieure en 2008 à celle du marché (3,7% contre 2,4%), et sur le saumon bio, qui a multiplié ses ventes par deux en un an.

Dix fois plus petit que celui du saumon fumé, le marché de la truite est resté stable en volume en 2008, mais il a progressé de 10% au premier semestre. En partie grâce à la promotion, mais pas seulement, remarque-t-on chez Landvika. « Le mix s'était un peu modifié l'an passé avec des offres plus qualitatives, comme le label Rouge ou l'origine Pyrénées, mais cela n'a pas nui aux volumes. La truite est perçue par le consommateur comme un poisson homogène, de qualité régulière, et très peu gras. Le taux de pénétration et la notoriété plaident en faveur du saumon, mais nous sommes sûrs que le marché continuera à se développer cette année. » Là aussi, le bio a son rôle à jouer. Les distributeurs ne s'y sont pas trompé : après Monoprix, les groupes U, Casino, Auchan et Carrefour se sont positionnés sur le segment.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits bio et responsables, alimentaires et non alimentaires.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA