Le sexisme et l’égalité homme-femme, thèmes phare des bad buzz 2017

|

Le chercheur Nicolas Vanderbiest dresse pour Visibrain le bilan des bad buzz de l’année 2017. Si le retail est loin d’être le secteur le plus exposé, il n’échappe pas à une tendance lourde : 40 % de ces campagnes virales concernent l'égalité homme-femme, 23 % témoignent de sexisme.

Les sacs réutilisables d'Auchan  taxés de sexisme ont crée la polémique durant l'été 2017.
Les sacs réutilisables d'Auchan taxés de sexisme ont crée la polémique durant l'été 2017.© DR

 « Le nombre de crises en 2017 reste relativement stable, avec 102 repertoriées contre 104 en 2016 », compare Nicolas Vanderbiest, chercheur à l’université catholique de Louvain, en Belgique. Par crise, le spécialiste entend une remarque ou une info partie des réseaux sociaux, dont la viralité explose. Parmi les terrains propices à la naissance de ces emballements, Twitter est le point de départ de prédilection avec plus de 90 % des bad buzz nés sur le site, Faceboook se situant loin derrière avec à peine plus de 30 %. Dans le détail, le secteur du loisir est le plus touché par cette « mauvaise presse », avec, en tête, l’affiche retouchée du festival de Cannes. Juste après, les secteurs du retail (10 %) et du prêt-à-porter (10 %) arrivent en bonne place…

Secteurs concernés par les 102 crises survenues en 2017 :

Auchan pointé du doigt pour ses sacs plastiques sexistes

Parmi ces bad buzz, 40 % d’entre eux concernent l’égalité homme-femme, 23 % relatent un fait de sexisme. Citons notamment Auchan, qui a commercialisé des sacs de courses réutilisables durant l’été 2017 où il était écrit dessus : "Hourra ! J'ai la carte de crédit de mon mec !" (photo ci-dessus). Le distributeur a annoncé avoir retiré depuis ces contenants et a avancé l’argument de l’humour.

Autres maladresses pointées : Adidas, après le marathon de Boston, a envoyé un mail à ses clients qui ont participé à l’épreuve sportive avec un message quelque peu maladroit au vu de l’attentat qui avait frappé l’événement l’année précédente « Bravo, vous avez survécu au marathon de Boston ! ». Rue du Commerce (groupe Carrefour) n’est pas en reste avec des costumes d’enfants déportés mis en ligne sur son site marchand.

H&M risque gros

Pour 2018, le chercheur n’annonce rien de bon pour le retail, H&M et son pull « Coolest monkey in the jungle » [ Traduire : le singe le plus cool de la jungle, NDLR] porté par un enfant à la couleur de peau noire a en effet déjà suscité plus d’un million de commentaires sur la Toile selon l’expert.

A titre de comparaison, la plus grosse crise de l’année 2017 a généré plus de 2 millions de tweets. A l’origine de ce déferlement viral : une vidéo amateur montrant un passager de la compagnie aérienne United Airlines se faisant expulser d’un avion de façon extrêmement violente.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque semaine les actualités du marketing et de la communication online et offline des marques et des distributeurs.

Ne plus voir ce message