Le sommelier virtuel de deuxième génération est arrivé

|

Les bornes permettant de s'informer sur les vins n'ont jamais convaincu les distributeurs. Celle créée par la start-up bordelaise Vinoreco dispose d'une interface on ne peut plus simple.

Imaginez-vous choisir un vin à partir d'une borne. Pas une version à l'ancienne mode où il fallait passer le code-barres de la bouteille devant un lecteur pour en connaître le meilleur accord mets-vin, et toujours un peu décevante. Non, un écran tactile aidant à trouver un élixir s'accordant avec le gigot mijoté sept heures durant pour vos amis. Comment ? Vous iriez à la borne d'un rayon vin, entreriez, grâce à une interface digitale, quatre critères : le type de plat, la fourchette de prix (3 à 5 €, supérieur à 10 €...), le type de vins (couleur, bio...) et la région d'origine. La borne sélectionnerait trois références. Une fois le choix validé, l'appareil aiderait par un symbole à repérer la bouteille en rayon. Un scénario de science-fiction ? Pas du tout.

Dans les nouveaux Carrefour Planet d'Écully et de Vénissieux, c'est chose faite grâce à Max, service de conseil imaginé par la start-up bordelaise Vinoreco. « 90 % des consommateurs ne sont pas des férus de vin, explique Yann Mondon, l'un des trois cofondateurs, avec Stéphane Hareng et Luc Guilmin, de Vinoreco. Nous voulions une interface disponible sur borne, mais aussi sur smartphones. » La borne s'appelle Max pour humaniser ce système. Imposante avec son 1,92 m, elle peut aussi se résumer à un écran intégrable en rayon pour les petits points de vente. « Cela a été un gros travail d'imaginer l'interface, se souvient Yann Mondon, qui vient de l'univers de la téléphonie mobile. Si les clients n'ont pas de réponse satisfaisante en trois clics, ils abandonnent leur recherche. » Vinoreco propose des mises à jour mensuelles pour tenir compte des promotions et autres foires aux vins.

 

Enrichir les choix possibles

Les distributeurs rechigneront-ils à implanter Max ? Normalement, non. Grâce à un argument toujours apprécié. « Une borne bien placée devrait être vite rentabilisée, assure Yann Mondon. Si elle permet d'augmenter le chiffre d'affaires de 1 % en moins de un an, c'est fait. » L'écran accorde un espace à la publicité choisie par l'enseigne ou le magasin. Les Carrefour Planet ont choisi d'y présenter deux nectars, celui de la semaine et la promo du moment.

Vinoreco imagine déjà d'enrichir l'interface, notamment avec des plats plus sophistiqués. À ce jour, les clients disposent de neuf choix. Un peu basique pour les gastronomes qui ne sortent pas le même vin selon qu'ils mitonnent un boeuf bourguignon ou un rôti. C'est peut-être ce qu'a pensé Lars Olofsson, en découvrant Max à Écully. Le directeur général de Carrefour a testé cette borne. Il a beaucoup apprécié.

 

1 à 2 %

La part des hypers et supermarchés ayant un sommelier à l'année*

90%

La part des consommateurs qui aimeraient avoir un conseil dans le choix du vin

1,95 m

La taille de Max

La tendance

- Apporter du conseil pour les néophytes dans ce rayon aux multiples références (1 700 vins au Carrefour Planet d'Écully, par exemple).

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2149

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA