Le sourire enfin retrouvé

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Longtemps à la peine, le sucre reprend des couleurs. Tandis que l'engouement pour les machines à pain dynamise l'aide à la pâtisserie et les farines.

Reconnaissons-lui au moins un mérite : la crise encourage tout le monde à être économe ! Les pros du sucre et de la pâtisserie ne s'en

Les tendances

Les consommateurs affectionnent le fait-maison. Les ventes de machines à pain se stabilisent. Les arômes naturels ont la cote.

plaindront pas. « Ce secteur profite à plein de la vague du fait-maison, se réjouit France Bault, responsable marketing d'Alsa. Après des années de vache maigre, nous sommes enfin sur des tendances positives. » Avec un chiffre d'affaires total de 904,5 millions d'euros, le segment des sucres et des pâtisseries réalise une belle performance. Il enregistre une hausse de 5,3% sur un an. Soit deux fois mieux que la moyenne des PGC. Pas mal dans un contexte économique difficile...

Le boom des gâteaux à faire en machine

Ces très bons résultats trouvent en partie leur origine dans le boom des machines à pain, dont le taux d'équipement est passé, en quelques

Le plus gros segment

Les sucres, à 368,3 M € Source : IRI, CAM à fin juin 2009

années, de 10 à 20% des ménages français. Même si le marché arrive tout doucement à maturité. Alors que les farines ont connu une croissance hallucinante de 30,7% entre juin 2007 et juin 2008, la hausse des ventes n'a été « que » de 9,8% l'année suivante.

Désormais, les gâteaux profitent également des nouvelles possibilités de ces machines. Avec ses 45% de parts du marché des levures et

904,5 M€

Le chiffre d’affaires,

  • +5,3%en valeur
  • -3,7%en volume

1,25% La part dans le CA total des PGC

18,9% Le poids en valeur desMDD

Source: IRI Données CAM à fin juin 2009 Évolution versus CAM à fin juin 2008

sucres vanillés, Alsa cherche à conserver son leadership à coups d'innovations. Parmi les dernières en date, la levure chimique, spécialement conçue pour les gâteaux en machine à pain, enregistre de très bons résultats. Et dès le mois de janvier, le spécialiste des préparations pour desserts vendra de la levure boulangère pour les gros consommateurs, avec douze doses par sachet contre six aujourd'hui. Résultat : le segment des aides à la pâtisserie atteint 238,1 millions d'euros à fin juin en CAM et signe la meilleure performance du rayon avec une hausse de 11,1% des ventes. Le prêt-à-garnir suit la même tendance, avec un bond de 10,7% pour 26,8 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Les sucres à confiture débarquent en rayon

Découverts l'an dernier par les consommateurs, les sucres à confiture sans cuisson s'installent en rayon. « Nous avons fait + 70% avec

L’aide à la pâtisserie +11,1%, à 238,1 M€

Les édulcorants et substituts sucrés -3,5%, à 57,3 M€

Vit'Fruits sur l'année, grâce à des récoltes exceptionnelles de fruits, assure Sylvain Giroux, chef de produit Alsa sur les desserts à préparer. Nous n'avons pas hésité à soutenir les ventes en magasin et à communiquer sur le produit dans les magazines culinaires. »

À l'image de cette innovation, le sucre retrouve lui aussi des couleurs cette année avec des ventes en hausse de 1,3%, à 368,3 millions d'euros. L'an dernier, il avait pourtant perdu 4,6% en valeur ! Il faut croire que cette débâcle a stimulé les acteurs du secteur. Packaging transparent, Tetra Pack à bec verseur, arôme citron ou vanille... Daddy ou Saint Louis récoltent enfin les fruits de leur politique d'innovation.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° HSPGC2009

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA