Tout le dossier Tout le dossier

La conso s'engage : le tortueux destin du Nutri-score

Partager
La conso s'engage : le tortueux destin du Nutri-score
Le tortueux destin du Nutri-score.

La conso s’engage… parfois à reculons, à l’image de l’histoire compliquée du Nutri-score. En 2014, le professeur Serge Hercberg remet à la ministre de la Santé d’alors, Marisol Touraine, des propositions « pour un nouvel élan de la politique nutritionnelle française de santé publique » qui préconisent l’adoption de ce logo nutritionnel simplifié en face avant des emballages. Avec une échelle de cinq couleurs (du vert foncé au rouge) associées à des lettres (de A à E pour la qualité nutritionnelle décroissante des produits), il doit inciter les consommateurs à choisir les denrées les plus vertueuses et encourager les fabricants à améliorer la qualité nutritionnelle de leurs produits. Le Nutri-score est entériné par l’arrêté du 31 octobre 2017.

Une généralisation possible en Europe

Mais nombre d’industriels qui proposent des aliments ou plats très gras, très sucrés ou très salés, par exemple, accueillent fraîchement ce système. Tout comme les fédérations professionnelles qui tentent de le torpiller. Le professeur Hercberg, qui a publié en février un ouvrage intitulé Mange et tais-toi. Un nutritionniste face au lobby agroalimentaire, levait il y a peu une partie du voile. « J’étais soutenu par la ministre de la Santé. Par contre, son collègue de l’Agriculture, ­Stéphane Le Foll, très proche des acteurs économiques défendant les intérêts des industriels et des producteurs, était fortement opposé et a fait des actions majeures pour empêcher le Nutri-score », raconte-t-il.

Aucun industriel ou distributeur ne s’engage au départ, mais petit à petit, cet étiquetage fait son trou. « Après quatre ans de bataille, il y en a eu 6, puis 15, 30, etc. Maintenant, il y en a plus de 800. Il y a encore des grands fabricants comme Lactalis, Ferrero, Coca-Cola, Mars, Mondelez ou Unilever qui continuent à le combattre. Mais il se répand aujourd’hui, il dépasse la France », poursuit le professeur. Belgique, France, Allemagne, Luxembourg, Pays-Bas, Espagne et Suisse ont ainsi mis en place un mécanisme de coordination pour faciliter son utilisation.

Ce logo remplit ses objectifs : plusieurs panélistes ont constaté que les catégories les mieux notées connaissaient des progressions plus marquées que les autres. Le sujet reste néanmoins sensible. En France, plusieurs filières sous signes de qualité ou d’origine (fromages et charcuteries notamment) protestent. En Italie, une démarche parallèle est soutenue par la fédération des industries agroalimentaires. Mais le Nutri-score, poussé par nombre d’experts, pourrait être généralisé en Europe. Sous quelle forme ? Fin 2021, le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, disait « oui » à un Nutri-score, mais « dont la méthodologie [serait] revue et qui [serait] fait au niveau européen pour être assuré qu’il n’y a pas de compétition entre les différents produits contre les produits français ». L’histoire est loin d’être terminée.

PARCOURIR LE DOSSIER

LSA Green

La conso s'engage : les contradictions du circuit court

Entreprises

La conso s'engage : séduire des salariés de la jeune génération

Agroalimentaire

La conso s'engage : jusqu'où aller dans la chasse au sucre ?

Agroalimentaire

La conso s'engage : tendre vers le zéro gaspillage alimentaire

Distribution alimentaire

La conso s'engage : de la nécessité de valoriser les filières

Développement durable

La conso s'engage : le cercle vertueux des achats responsables

RSE

La conso s'engage : la parentalité, clé pour améliorer la parité

Développement durable

La conso s'engage : réparer, grande cause nationale

LSA Green

La conso s'engage : le (trop) plein de bornes de recharge électriques ?

LSA Green

La conso s'engage : savoir jusqu'où nettoyer ses recettes

LSA Green

La conso s'engage : la manutention, moins rude mais plus intense

LSA Green

La conso s'engage : la chère image de la seconde main

LSA Green

La conso s'engage : les légumineuses, l'ingrédient qui monte

LSA Green

La conso s'engage : l'éolien, une énergie de plus en plus sensée

Made in France

La conso s'engage : le made in France, quoi qu'il en coûte ?

Bio

La conso s'engage : débat sur le rythme des conversions en bio

Développement durable

La conso s'engage : des produits de beauté à vite recycler

LSA Green

La conso s'engage : protéger coûte que coûte la biodiversité

Développement durable

La conso s'engage : plus de transparence sur l'empreinte carbone

Développement durable

La conso s'engage : énergie, économiser aussi ses mots

RSE

La conso s'engage : le retail, source d'emploi pour les handicapés

Développement durable

La conso s'engage : le vrac, l'art et la manière

Développement durable

La conso s'engage : réduire toujours plus les emballages

Développement durable

La conso s'engage : l'impératif économique de rouler à l'électrique

Développement durable

La conso s'engage : des toits verts, bien plus que de l'esthétisme

Développement durable

La conso s'engage : vers la réduction du suremballage

Consommation

La conso s'engage : les salariés, futurs ambassadeurs de la RSE

RSE

La conso s'engage : la carte maîtresse des seniors

Consommation

La conso s'engage : des promotions, oui, mais plus transparentes

Développement durable

La conso s'engage : vers des emballages moins polluants

Consommation

La conso s'engage : aider les étudiants, une mission essentielle

Développement durable

La conso s'engage : économiser les réserves d'or bleu

Energie

La conso s'engage : électricité d'origine verte, ou droit à polluer?

RSE

La conso s'engage : vers des magasins (enfin) plus inclusifs

Jouet - Puériculture

La conso s'engage : l'égalité des genres, un jeu d'enfant?

Distributeurs

La conso s'engage : le mécénat, atout pour fidéliser ses salariés

LSA Green

La conso s'engage : la consigne prépare son grand retour

Industriels

La conso s'engage : partenariats, allier urgence et pragmatisme

LSA Green

La conso s'engage : éduquer sur les violences faites aux femmes

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS

Tous les événements

Les formations LSA CONSO

Toutes les formations

LES SERVICES DE LSA CONSO

Trouvez les entreprises de la conso qui recrutent des talents

B&M

Directeur de Magasin H/F - France entière

B&M - 10/10/2022 - Franchise - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par
LSA

Détectez vos opportunités d'affaires

84 - AVIGNON

Fourniture de pains et viennoiseries.

DATE DE REPONSE 22/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par
Marchés Online

Les réseaux de Franchises à suivre

MAANOS

MAANOS

Massages bien-être, massages sportifs, massages sur mesure

+ 2600 franchises référencées

Tout voir
Proposé par
Toute la Franchise

ARTICLES LES PLUS LUS