Le "video game commerce" nouveau cheval de bataille d’Amazon

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

VIDÉO Commander un produit dérivé Angry Birds, un paquet de bonbons sur Candy Crush ou un t-shirt inspiré d’un personnage de jeu... Ce sera bientôt possible avec le service que vient de lancer le tentaculaire Amazon.

King.com

Là où il y a du divertissement, il y a du commerce. Voilà ce que semble être le crédo d’Amazon depuis quelques mois. Plutôt que d’attendre que les consommateurs viennent passer commande sur le site, Amazon veut aller les chercher là où ils passent du temps: sur Facebook, sur leur télé et bientôt dans leur jeu vidéo. C’est ce qu’en interne le géant de Seattle appelle le "digital bundling" (soit la convergence numérique). 

Dans le cadre de son programme de développement d’applis à destination des professionnels (le Mobile App Associates API), l’américain va permettre aux développeurs de jeux vidéo mobile (pour l’heure seul l’Android store est concerné) d’intégrer la possibilité de commander des produits sur Amazon. Concrètement ça peut se passer comme ça: je joue à Angry Birds sur mon smartphone, un nouvel oiseau fait son apparition, je peux commander un sac à dos à son effigie. Et cette convergence peut aller dans les deux sens: si j’achète le sac à dos Angry Birds, je débloque l’oiseau en question dans mon appli sur smartphone. Autre exemple avec la star du moment: Candy Crush. Avec ce jeu de type Tetris qui consiste à aligner des bonbons de même couleur pour les faire disparaitre, on peut très bien imaginer un partenariat avec un confiseur qui livre directement chez soi un paquet de friandises commandé depuis son appli.

C’est d’ailleurs ce type de recommandations que fait Amazon aux développeurs dans son billets de blog de présentation du programme: "Le boss à la fin d’un niveau est un loup à trois têtes? Pourquoi ne pas permettre au joueur de commander directement depuis le jeu le t-shirt des « trois loups à la lune" sur Amazon. Sur chaque transaction effectuée, le développeur du jeu touchera 6%. 

Pour les développeurs, c’est une formidable motivation pour faire fabriquer des produits dérivés, explique Amazon. D’autant que l’immense majorité des jeux téléchargés sont gratuits (surtout sur Android) et que les joueurs rechignent le plus souvent à sortir la carte pour acheter des extensions (des options dans le jeu, de nouveaux costumes, des niveaux supplémentaires). C’est d’ailleurs pour cela que certains développeurs préfèrent se concentrer sur l’appStore d’Apple (les utilisateurs d’iPhone sont plus enclins à payer). A l’image de Days of Wonder, le développeur du très populaire jeu de construction de ligne de trains Ticket to Ride ("Les Aventuriers du rail" pour la version française). Alors que le jeu (dérivé d’un jeu de société célèbre aux Etats-Unis) cartonnait sur iPad, la société rechignait à l’adapter pour les utilisateurs d’Android. Amazon a su convaincre les développeurs avec son appli. Ainsi, lorsqu’on un nouveau plateau apparait dans le jeu, les joueurs pourront commander la version physique de plateau.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA