Le volailler Doux reçoit 5 millions d’euros de la BPI pour moderniser ses sites français

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le volailler Doux, qui assure avoir renoué avec la croissance, voit sa trésorerie renforcée. La banque publique d’investissement (BPI) vient en effet de lui verser 5 millions d’euros pour son plan de modernisation de ses sites français, qui prévoit une enveloppe globale de 110 millions d'euros.

Le siège social du Groupe Doux se trouve à Chateaulin dans le Finistère (29).
Le siège social du Groupe Doux se trouve à Chateaulin dans le Finistère (29).© DR

Le groupe Doux est en pleine mutation ! Le volailler, spécialisé sur le grand export (Hors Europe) a prévu de rénover ses sites implantés en France. Pour cela, la Banque publique d’investissement lui donne un coup de pouce appréciable : elle finance en effet ce projet à hauteur de 5 millions d'euros.

Huit sites concernés

Dans le détail, ce financement concerne exclusivement les unités de production françaises, précise Doux dans un communiqué. Trois abattoirs, une usine de produits élaborés, deux couvoirs et deux usines d'aliment sont concernés par le projet. Cette somme est à mettre au regard de l’enveloppe globale : au total, Doux a prévu d’investir 110 miilions d’euros pour ses sites sur 10 ans.

"Depuis janvier 2013, l'entreprise a investi et autofinancé sur ressources propres 26 millions d'euros", indique encore le communiqué. L'aide de la BPI "va rendre possible l'accélération du plan d'investissement du groupe Doux" et le faire passer à 40 millions d'euros sur les trois prochaines années.

retour à la croissance

Le volailler, qui compte 2 200 salariés, multiplie les annonces concernant sa bonne santé financière. En septembre 2014, le groupe avait déclaré avoir considérablement réduit sa dette, passant de 400 millions d’euros en 2012 à 89 millions d’euros fin 2014. En début d’année, il a même annoncé la création de 200 emplois.

Le groupe a réalisé en 2014 un chiffre d'affaires de 450 millions d'euros. POuyr 2015, le volailler vise un chiffre d'affaires de  500 millions d'euros ainsi qu'un résultat d'exploitation de 25 millions d'euros, avec une croissance prévisionnelle des volumes de 7%. Doux produit un million de volailles par jour (27% de la production française) et représente 15% des exportations mondiales de poulet entier - la marque est leader en Arabie Saoudite avec 27% des parts de marché.

L’entreprise revient de loin. Le volailler, qui vient de perdre son ancien grand patron Charles Doux, avait été placé en redressement judiciaire en juin 2012. La fin des restitutions européennes avait en outre affaibli le groupe, qui est sorti du redressement judiciaire depuis novembre 2013. Le groupe est désormais détenu à 75% par D&P Participations, la filiale de la holding de Didier Calmels et à 25% par le groupe saoudien Almunajem, son principal client à l’export.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA