Leclerc déclare la guerre du vin

Leclerc propose pour la première fois des AOC à 1 EUR la bouteille. La filière viti-vinicole s'inquiète. D'autres enseignes pourraient lui emboîter le pas.

Un lot de 80 000 bouteilles de bergerac à 1 EUR pièce ! Trois semaines après cette opération coup de poing, Leclerc serait sur le point de remettre ça. Selon nos informations, la promotion porterait sur les vins de Fronton, pour un volume identique. Hugo Cavagnac, le directeur de l'Interprofession des vins de Fronton, est dépité : « Cela nuit à l'image de l'appellation. » Son homologue du Syndicat des vins de Bergerac, Pierre-Henri Cougnaud, est tout aussi désabusé : « Entre les coûts de production et l'embouteillage, ce vin a forcément été vendu à perte ! »

Un coup dur pour les AOC Bergerac et Fronton

La première opération montée par Leclerc remonte au 28 janvier, date de sortie du catalogue national. Les vignerons se sont alors immédiatement rendus au Leclerc de Bergerac pour y racheter les bouteilles en promotion. Symbolique, cette démarche était destinée à montrer leur volonté de dialogue et d'apaisement face à une enseigne avec laquelle ils estiment « avoir toujours bien travaillé ». Combien de temps conserveront-ils ces bonnes dispositions ? Au-delà de Bergerac et de Fronton, d'autres appellations du Sud-Ouest craignent déjà de connaître le même sort.

« Fragiliser des entreprises qui ont beaucoup investi »

Contactée à plusieurs reprises par LSA, la direction des achats de vins de Leclerc était « indisponible ». Pourtant, les questions s'accumulent. L'enseigne est-elle partie en guerre contre le hard-discount ? Ou s'agissait-il d'une simple opportunité ? Quel a été l'impact d'une telle opération sur la fréquentation des points de vente ? Surtout, y en aura-t-il d'autres prochainement ? La décision de proposer des appellations d'origine contrôlée à 1 EUR, à coup sûr, a été mûrement réfléchie. Et c'est d'ailleurs sans doute ce qui préoccupe le plus des appellations comme Bergerac ou Fronton. « Cela fragilise nos entreprises, alors même qu'elles ont beaucoup investi pour améliorer la qualité », insiste Pierre-Henri Cougnaud.

Bergerac et Fronton ne sont pas les seules appellations concernées. Pas plus que Leclerc d'ailleurs, du côté des distributeurs. Le 19 février, à l'occasion de l'ouverture du nouveau magasin Carrefour Collégien, les consommateurs se sont vu proposer un bordeaux, Château Citadelle, au prix imbattable de 1,36 EUR ! Intermarché, Auchan et Casino pourraient être tentés de suivre.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1803

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous