Leclerc Drive teste les Google Glass à Toulouse

|

Des premiers tests dans le domaine de la relation client sont menés en ce moment.

Google souhaite développer les applications de ses lunettes high tech.
Google souhaite développer les applications de ses lunettes high tech.

On le sait peu mais avec sa filiale Infomil, Leclerc est un éditeur de logiciel important, avec plusieurs centaines d’ingénieurs dans le sud de la France. Parmi eux, 70 travaillent en permanence sur le drive. Une force de frappe qui a convaincu Google de leur prêter une paire de ses célèbres lunettes high tech, pour effectuer des tests à Toulouse. « Nous avons un très bon relationnel avec Google, se félicite Pascal Payraudeau, adhérent Leclerc à l’origine du drive, très impliqué dans Infomil. C’est eux qui sont venus nous chercher. Ils voulaient absolument qu’on développe une application pour les Google Glass ensemble. »

Scanner des cartes fidélités et questions personnalisées

Depuis moins d’un mois, le Leclerc Drive de la route d’Espagne, le deuxième de Pascal Payraudeau à Toulouse, dispose donc d’un prototype pour tester ses applications dans le domaine de la relation client. « Je peux scanner la carte fidélité du client, explique l’employé qui les porte. Ensuite, j’accède à son historique et il m’indique des questions à poser pour mesurer la satisfaction du client sur certains produits achetés. » A priori, l’utilisation des Google Glass n’est pas gênante dans le travail. « Je décide ou non de regarder l’écran dans la lunette, un peu comme les compteurs de vitesse projetés sur le pare-brise d’une voiture », poursuit-il.
Les tests n’en sont encore qu’au début, et il est prématuré d’imaginer une généralisation des Google Glass à tous les drive Leclerc. Mais l’initiative ne manque pas d’intérêt...

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations