Leclerc et Rewe nouent une alliance aux achats, et bien plus encore

|

Répondant à la vague de concentrations actuelle, les deux distributeurs vont créer une centrale d’achats commune et listent actuellement les échanges stratégiques à exploiter. Rewe Group va, dans le même temps, rejoindre Leclerc au sein de la coopérative d’achats Coopernic, qu’il avait quittée fin 2013.

Alain Caparros,
PDG de Rewe Group.
Alain Caparros, PDG de Rewe Group.© dr

EMD


Regroupant 15 enseignes différentes, EMD représente un chiffre d’affaires cumulé de 140 Mrds € environ.

Eurachan


Le CA cumulé de Système U, Auchan et Metro représente plus de 130 Mrds €.

Coopernic


Avec l’arrivée de Rewe dans le courant de l’année, la centrale représentera dorénavant un CA cumulé supérieur à 130 Mrds €.

ams


Centrale comptant 10 membres, dont le plus important est Ahold, représente un cumul des ventes de 113 Mrds €.

alidis


Regoupant Intermarché, le basque Eroski et l’allemand Edeka, Alidis représente un CA cumulé de 85 Mrds € environ.

core


Avec le départ de Rewe, Core va voir son poids divisé par deux, avec un CA cumulé qui ne sera plus que de 46 Mrds €.

Les centrales d’achats européennes regroupent chacune des distributeurs de pays différents, et ont notamment pour but d’optimiser des conditions commerciales auprès des fournisseurs de grandes marques internationales, et la recherche de synergies.

Les alliances sont très tendance, au point que plus personne ne veut ou ne peut y échapper. Le 5 juin, E. Leclerc et le groupe allemand Rewe ont à leur tour officialisé une alliance stratégique qui doit leur permettre, sans surprise, d’être plus forts et plus résistants dans un paysage qui a beaucoup changé en quelques mois. « Au vu des nouvelles grandes alliances en création en Europe dans la distribution, nous avons décidé de saisir ensemble toutes les opportunités possibles qui nous permettront de soutenir la croissance de nos deux groupes », souligne un communiqué des deux présidents (français !) Michel-Édouard Leclerc et Alain Caparros, dont les groupes pèsent respectivement 45,7 et 51 milliards d’euros. Cet accord va déboucher sur la création d’une centrale d’achats commune, et la réunion des équipes sur des projets stratégiques communs, comme les MDD, le bio, l’énergie, les voyages, le digital et le cross-canal. À titre d’exemple, avec un Rewe fort sur la livraison à domicile, et encore plus sur les activités touristiques, et un Leclerc très performant sur le drive, chacun peut espérer trouver des pistes chez son allié, bien que les achats en commun restent le nerf de la guerre.

Face aux différentes concentrations aux achats réalisées depuis 2014, Leclerc n’a certainement pas voulu se retrouver comme le fameux village gaulois d’Astérix, isolé et cerné de légions romaines. Car la concurrence n’a pas chômé. Auchan et Système U ont tiré les premiers en regroupant leurs achats en septembre, bientôt rejoints par Metro. Ils ont été rapidement suivis par Casino et Intermarché en octobre, Carrefour et Cora fermant la marche des unions en amont au mois de décembre. C’est donc au tour de la première enseigne alimentaire française de s’allier, cette fois avec l’allemand Rewe Group. Géant outre-Rhin, Rewe doit pourtant y batailler avec un hard-discount très puissant. Bien implantés dans leurs pays respectifs, les deux nouveaux partenaires ne se marcheront pas sur les pieds et pourront mettre à profit la recherche de synergies, dont la liste n’est pas encore totalement fixée (lire l’interview d’Alain Caparros).

Je t’aime moi non plus

Cette alliance franco-allemande a un fort goût de retrouvailles. Leclerc et Rewe ont l’avantage de très bien se connaître, ce qui a pesé dans la décision de s’allier : les deux distributeurs ont en effet travaillé main dans la main pendant sept ans au sein de la centrale d’achats européenne Coopernic. Lors de son lancement en 2006, sous l’impulsion du distributeur français, la structure regroupait alors cinq groupements d’indépendants (Leclerc, le belge Colruyt, l’italien Conad, le suisse Coop et Rewe) en réponse (déjà !) aux mouvements de concentration des entreprises de la grande consommation. Mais un véritable choc des cultures lié aux méthodes de travail de Leclerc a fini par éloigner Coopernic de ses adhérents fin 2013. Sur fond de divergences stratégiques jugées inconciliables à l’époque, Colruyt, Conad, Coop et Rewe claquaient la porte du groupement pour fonder, à eux quatre, une nouvelle centrale d’achats baptisée Core.

Une nouvelle révolution coopernicienne

Cette crise de couple entre Rewe et Leclerc tire à sa fin, puisque l’alliance stratégique signée il y a quelques jours comporte, outre la collaboration sur les approvisionnements et les dossiers stratégiques, un retour de l’allemand au sein de Coopernic. En conséquence, Rewe va quitter Core – où déjà Système U avait fait un aller-retour express – d’ici à la fin de l’année pour se consacrer à Coopernic, qui s’est entre-temps remplumée en accueillant en son sein Delhaize et Coop Italia. Et ce feuilleton aux multiples épisodes parfois difficiles à suivre n’est pas terminé. Si les discussions récentes visant à un rapprochement officiel entre Delhaize et Ahold aboutissent, la centrale d’achats européenne pourrait très vite accueillir un nouveau partenaire. De quoi donner à Coopernic encore plus d’importance en termes de poids économique et de pouvoir de négociation. Ce qui est précisément l’effet recherché. 

Une alliance stratégique en trois points

  • Création d’une centrale d’achats Leclerc-Rewe (achat en commun de grandes marques internationales).
  • Travail en commun et recherche de synergies sur les MDD, le digital et internet, l’achat d’équipement de magasins, l’énergie.
  • Retour de Rewe au sein de la centrale d’achats européenne Coopernic.

3 questions à Caparros Alain Pdg de Rewe group 

« Un mariage de raison »

LSA - Après avoir quitté Coopernic et Leclerc fin 2013, pourquoi avez de nouveau décidé de travailler ensemble ?

Alain Caparros - Nous ne partagions pas les mêmes méthodes sur des sujets jugés stratégiques. Mais il n’y avait pas de discorde sur la qualité du travail en commun. Nous avons réfléchi chacun de notre côté, et ce petit divorce n’avait aucun sens. Vu les concentrations qui s’opèrent actuellement en Europe, il fallait faire quelque chose de pérenne. Avec Leclerc, nous travaillons sur les mêmes sujets, avons les mêmes problèmes, et les investissements se font parfois en doublon. Au-delà d’une simple alliance à l’achat, nous avons décidé de signer un accord pour une durée de cinq ans. C’est un mariage de raison, avec une complémentarité géographique.

LSA - Quels seront les contours exacts de cette alliance ?

A. C. - Il y a tout d’abord une centrale d’achats en commun pour les produits de grandes marques internationales. En la matière, il y a des économies d’échelle à réaliser. Ensuite, il y a de nombreux autres domaines à travailler en commun. Rewe a une culture de la marque propre très ancrée qui peut apporter des choses à Leclerc. Sur le digital et internet, nous livrons à domicile dans 70 villes, mais nous sommes en retard sur le drive. Il y a de vraies passerelles à créer. En matière d’énergie, nous sommes « broker » en électricité, alors que Leclerc est fort en carburants. Nous pouvons aussi massifier les achats de biens d’équipement de magasins. Les chantiers sont nombreux, et le catalogue complet sera finalisé mi-juillet.

LSA - En parallèle, Rewe va rejoindre Coopernic d’ici à la fin de l’année, et donc quitter la centrale d’achats Core.

A. C. - Nous apportons nos quantités d’achats, et un portfolio géographique. Avec nos 50 milliards d’euros de chiffre d’affaires, nous restons un petit acteur de la distribution en Allemagne, face aux hard-discounters. Leclerc n’était pas le seul interlocuteur avec qui nous avons discuté. Mais la valse des alliances en Europe a accéléré les choses. Quant à Core, je ne me fais pas de souci. Il y aura certainement des distributeurs qui voudront y rentrer. Les centrales ne cessent de se faire et de se défaire… 

Propos recueillis par M. L.

 

Nous allons travailler sur les synergies. Et les deux groupes peuvent vivre l’un sans l’autre sur leurs marchés respectifs. En France, nous sommes leaders avec 20% de part de marché, et nous n’avons pas besoin d’être alliés à quelqu’un. Quant au retour de Rewe au sein de Coopernic, nous ne sommes pas toujours faciles à vivre, mais nous sommes efficaces ! Aujourd’hui, tout le monde a compris que l’objectif est plus important que les moyens.

Michel-Édouard Leclerc, président des centres E. Leclerc

 

État des lieux des centrales d’achats européennes et de leurs membres

Les centrales d’achats européennes regroupent chacune des distributeurs de pays différents, et ont notamment pour but d’optimiser des conditions commerciales auprès des fournisseurs de grandes marques internationales, et la recherche de synergies.

EMD

Casino, Markant

Regroupant 15 enseignes différentes, EMD représente un chiffre d’affaires cumulé de 140 Mrds € environ.

Coopernic

Leclerc, Delhaize, Coop italia (et Rewe d’ici la fin de l’année)

Avec l’arrivée de Rewe dans le courant de l’année, la centrale représentera dorénavant un CA cumulé supérieur à 130 Mrds €.

Alidis

Intermarché, Edeka, Eroski

Regoupant Intermarché, le basque Eroski et l’allemand Edeka, Alidis représente un CA cumulé de 85 Mrds € environ.

Eurachan

Auchan, Système U, Metro

 

Le CA cumulé de Système U, Auchan et Metro représente plus de 130 Mrds €.

AMS

Ahold, Migros, Esselunga

Centrale comptant 10 membres, dont le plus important est Ahold, représente un cumul des ventes de 113 Mrds €.

CORE

Colruyt, Conad, Coop suisse (Rewe partira d’ici la fin d’année)

Avec le départ de Rewe, Core va voir son poids divisé par deux, avec un CA cumulé qui ne sera plus que de 46 Mrds €.

Source chiffres : LSA

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2371

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Nos formations