Leclerc fête son 500e drive... et pense déjà au coup d'après

Michel-Edouard Leclerc pose pour la photo dans le 500e drive de l'enseigne.
Michel-Edouard Leclerc pose pour la photo dans le 500e drive de l'enseigne.

Ce n'est pas vraiment ici que le 500e drive Leclerc a ouvert, mais près de Saint Etienne, le 29 mai. Qu'importe, c'est bien sur les terres de Pascal Payraudeau que tout a commencé en 2007. Cet adhérent toulousain, fils de Michel Payraudeau, l'un des pionniers du mouvement Leclerc, s'est inspiré à l'époque des expériences d'Auchan pour mettre sur pied un outil plus abouti. « Il en est l'inventeur au sens ingénieur du terme, explique Michel-Edouard Leclerc, président du mouvement, qui a fait le déplacement pour l'occasion. Si Auchan a eu l'intuition, Pascal a fait un travail d'informaticien pour définir un outil offensif.» Aujourd'hui, le drive représente 3,9% de part de marché dans l'alimentaire. Et Leclerc Drive 44 % à lui seul. « Leclerc plus Auchan et Chronodrive, vous avez 78% du drive», détaille Pascal Payraudeau.

Avec la récente ouverture de son deuxième drive à Toulouse, Pascal Payraudeau dresse les nouvelles perspectives du format. Déjà, le réseau va être "charté" désormais. « Comme pour tous nous concepts, on a voulu qu'il soit identifiable au premier coup d'oeil», justifie-t-il. Codes couleurs modernisés, signalétique repensée... 80 % du réseau y passera dans les deux ans. D'ici la fin de l'année, une V2 du site sera lancée, plus ergonomique et plus personnalisable. Niveau optimisation, le concept va progressivement adopter la "ramasse", des ilots de marchandises à faible rotation qui permettent de préparer 30 commandes d'un coup. Plus innovant, depuis un mois, l'utilisation de Google Glass est testée pour améliorer la relation client (scan de carte fidélité, suivi expérience client...). Une expérience qui n'en est encore qu'à ses débuts...

Au sein du groupement, on estime que le nombre d'ouvertures de drives (140 cette année) devrait commencer à décliner en 2015. Les réflexions se portent  déjà sur d'autres sujets d'avenir. « Comment attaquer les centre-villes des grandes villes à prix Leclerc ? Voilà une vraie question. On y réfléchit...», conclut Pascal Payraudeau. Et de confier que des tests sont menés pour résoudre cette nouvelle équation économique, au moins aussi complexe que la précédente.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message