Leclerc ouvre un portail sur le pouvoir d'achat

|

concurrence p Avec son nouveau site monpouvoird'achat.com, Leclerc s'inscrit à nouveau dans un esprit militant en faveur des consommateurs. Ce qui lui permet, aussi, de déstabiliser ses concurrents.

« Toutes les catégories de consommateurs ont une vision de leur pouvoir d'achat, qui n'est pas seulement une préoccupation collective, mais aussi individuelle », indiquait Michel-Édouard Leclerc, jeudi 7, lors de l'annonce du lancement d'un « nouveau portail entièrement consacré au pouvoir d'achat ». Sur le nouveau portail de Leclerc, les Français pourront constater l'écart entre le pouvoir d'achat de l'Insee, qui indique une hausse de 2,3 % pour 2006, quand celui de Leclerc revisité par le Bipe n'est en progression que de 0,4 %. Des évolutions de pouvoir d'achat par foyer type (15 foyers) y figurent aussi, ainsi qu'une évolution du pouvoir d'achat personnalisé qui peut être calculée après indication de données personnelles (revenus, dépenses).

Un discours, deux visées

Le président des Centre E. Leclerc revient ainsi, et de manière très habile, sur un thème qu'il entend bien préempter vis-à-vis de l'opinion publique et du gouvernement. En se basant sur son indice, appelé « pouvoir d'achat effectif », calculé par le Bipe, qui retranche certaines dépenses contraintes (loyers, assurances obligatoires, emprunts) des revenus et tient compte d'autres paramètres (composition des foyers...), Leclerc affine - « sans le contester » - l'indice officiel de l'Insee. Lequel est justement remis en cause : « Raffarin disait " taisez-vous " quand je disais que le pouvoir d'achat diminuait et que la loi Galland nous empêchait de baisser les prix. Aujourd'hui, les politiques comme les syndicats, grâce à notre indice, ont admis que la perception de baisse du pouvoir d'achat n'est pas seulement psychologique. Sarkozy, Royal et Bayrou l'ont d'ailleurs utilisé dans la campagne présidentielle. »

Michel-Édouard Leclerc entend bien « convaincre les politiques qu'il y a encore des gains de pouvoir d'achat à décrocher en allant jusqu'au bout de la réforme de la loi Galland ». La période s'y prête : une plate-forme industrie-commerce planche sur un texte de consensus pour éviter les dérapages médiatiques sur la vie chère dans les grandes surfaces ou la cherté des grandes marques au détriment des consommateurs, tout en s'acheminant vers le triple net et l'abandon du seuil de revente à perte. Voilà pour l'aspect collectif.

Mais le portail permet aussi à Leclerc de communiquer sur le gain de pouvoir d'achat individuel : lorsqu'un foyer indique des dépenses en grandes surfaces de 6 000 E par an, le portail lui rappelle que 5 % de baisse représentent « 300 E » de plus dans son porte-monnaie. Justement, grâce à un lien avec son site Quiestlemoinscher.com, Leclerc vante des écarts de prix assez conséquents avec ses concurrents, de + 3,1 % avec Auchan jusqu'à 7,8 % chez Cora. Autrement dit, en publiant le pouvoir d'achat effectif de foyers types, il permet d'orienter de nouveaux choix politiques, tandis qu'au niveau individuel, il suffit d'aller chez Leclerc pour gagner du pouvoir d'achat. Un travail d'artiste.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2003

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA