LECLERC REPART EN CROISADE POUR VENDRE DES MÉDICAMENTS

|

Avec force pub TV et encarts dans la presse, Michel-Édouard Leclerc reprend l'offensive pour obtenir le droit de vendre des médicaments sans ordonnance dans son réseau. Selon lui, ces médicaments sont devenus un luxe, et 36 % des Français renonceraient à en acheter en raison de leur prix. Il milite pour une vraie concurrence qui influe sur les prix des médicaments non remboursés. Pour les professionnels des pharmacies, c'est une aberration d'utiliser l'argument prix. Et Jean-Charles Tellier, président des titulaires d'officine à l'Ordre des pharmaciens, de citer « la Norvège, où les prix ont augmenté de 10 à 45 %, malgré l'ouverture à la grande distribution ». La déléguée générale de l'Association de l'industrie pharmaceutique pour une automédication responsable souligne qu'« il faut un circuit de distribution avec des règles précises ». Jean-Charles Tellier ajoute que le dispositif pourrait engendrer « une surconsommation des médicaments »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2113

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous