Leclerc s'étonne de sa nouvelle assignation par l'Etat

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer
Michel-Edouard Leclerc

La réaction des centres E. Leclerc, assignés mercredi 20 novembre par l'Etat pour "déséquilibre" dans ses relations avec ses fournisseurs, n'a pas traîné. Dans un communiqué, ils dénoncent une "stratégie médiatique" qui va "attiser des conflits" alors que les négociations industrie/commerce vont bon train et que la loi Hamon, qui prévoit de retoucher le cadre legislatif qui encadre ces relations va être discutée dans quelques jours. "Les centres E.Leclerc s'étonnent que l'Etat intervienne ainsi en pleine négociation commerciale et dans un contexte économique et social particulièrement agité non pour apaiser les relations entre partenaires économiques mais au contraire pour attiser des conflits", indique le groupe.

"Cette stratégie médiatique n'a d'autres objectifs que de donner des gages de bonnes intentions aux lobbies des industriels, ajoute Leclerc. Alors que l'on anticipait un climat plus apaisé des négociations industrie/commerce, l'assignation du ministère de l'Economie et des Finances à l'encontre des centres E.Leclerc vise à discréditer les contrats commerciaux de l'enseigne qui avaient pourtant été récemment validés par le tribunal de commerce de Paris lors d'une précédente affaire", a poursuivi le groupe.

 Les centres E.Leclerc "prennent acte de cette énième procédure mais confirment qu'ils ne céderont pas à ces pressions et poursuivront leur action en faveur du pouvoir d'achat des consommateurs".

 

1 commentaire

Thierry Bouguillon

22/11/2013 12h10 - Thierry Bouguillon

Bonjour,
Je partage à 100% le point de vue de E.Leclerc.
Trop souvent, les pouvoirs publics , par pure démagogie electorale, désigne la grande distribution comme le grand méchant loup... ils ne se rendent pas compte que dans leur ensemble les citoyens , par leur comportement d'achat, plébiscitent l'action des distributeurs et notamment celle du premier d'entre eux...E.Leclerc.
Ont-ils seulement imaginé un seul instant , ce que deviendrait le pouvoir d'achat des Francaises et des Français ( et des Polonais, des Italiens, des Espagnols,des Portugais, des Belges.......) Si l'une de ces enseignes disparaissait ?
Thierry Bouguillon, President de Retail&Co et Comcommerce, client satisfait de la grande distibution ,

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA