Leclerc Saint-Orens transfère plusieurs rayons dans sa galerie

· PDG du Leclerc de Saint-Orens, à Toulouse, Rémy Nauleau a profité de l'agrandissement de la galerie pour y disperser l'offre culturelle et y transférer un point Presse et un service SAV aux couleurs de l'enseigne · Par ailleurs, l'adhérent ouvrira bientôt un espace jeux

Agrandie à 5 650 m2 contre 2 500 m2 auparavant, la galerie commerciale du centre Leclerc de Saint-Orens, dans la banlieue toulousaine, accueille désormais les enseignes Zara et Sephora. Mais cette extension a surtout été l'occasion pour son propriétaire, Rémy Nauleau, d'y transférer plusieurs rayons initialement intégrés à l'hypermarché. Pour certains secteurs, la démarche est inédite.

La culture dispersée

C'est ainsi que l'univers culturel a été éclaté. L'espace Multimédia L (micro, laser et vidéo) est désormais situé à l'entrée de l'hyper sur 480 m2. Si l'ensemble des produits informatiques y est présenté, les 25 000 CD et les cassettes vidéo continuent d'être exposés dans le magasin. Dans un environnement particulièrement soigné. « Pour ces produits, le consommateur est demandeur d'espaces plus conviviaux que ceux qui leur sont dédiés dans les hypermarchés. D'où notre décision de réduire les allées et de supprimer les gondoles », explique Rémy Nauleau.

La médiathèque L a été déplacée un peu plus loin dans la galerie. Sur 650 m2, elle propose

60 000 livres et 3 000 K7 vidéo à la location, « ainsi qu'un système d'option d'achat des livres afin de parer à leur disparition dans l'hypermarché », explique Christian Charles, directeur du magasin. Un point Presse L a également été transféré en face des caisses. Enfin, dernier rayon « externalisé » : le SAV, initialement à l'entrée de l'hyper et aujourd'hui circonscrit dans un local indépendant ouvert sur l'extérieur et plus grand, afin de permettre un meilleur stockage des appareils de dépannage disponibles à la location.

900 m2 pour petits et grands

« Tous ces rayons étaient auparavant implantés dans des verrues, à la périphérie du magasin, rappelle Rémy Nauleau. Leur déménagement dans la galerie a permis de remodeler une surface parfaitement rectangulaire. » La réimplantation et le réaménagement des rayons se sont en effet doublés de la rénovation des 71 caisses, dotées des dernières trouvailles d'Infomil, la société informatique liée à la Socamil. Outre les tickets Boomerang (LSA n° 1543), elles pourront éditer des points liés à l'achat de tel ou tel produit partenaire, donnant droit à un temps de jeu dans Nemo, le nouveau concept imaginé par Rémy Nauleau qui ouvrira au début de l'été.

Cet espace est, à certains égards, sa trouvaille la plus originale. Sur 900 m2, il est réservé aux porteurs de la carte Leclerc. « L'objectif est de créer du trafic autour des commerces du centre, pas de drainer une clientèle qui ne viendrait que pour cet espace », affirme encore Rémy Nauleau. La surface sera divisée en deux zones. La première, pour les 3-8 ans, propose piscines à bulles, cages à poules . La seconde vise les adolescents et les adultes, avec des jeux d'adresses et virtuels.

Finalement, si la quasi-totalité des emplacements de la nouvelle galerie est occupée, il reste encore quelques places. Pour accueillir le tout dernier concept du groupement en matière de parfumerie ? Rémy Nauleau se contente de sourire, précisant que la présence à Saint-Orens de Nocibé et Sephora n'est pas un obstacle au contraire !

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1591

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous