Leclerc signe un accord avec la Feef pour les négociations commerciales

|

Michel-Edouard Leclerc et Dominique Amirault viennent de signer un accord pour une plate-forme commune d’actions visant à privilégier la collaboration commerciale pour les petites et moyennes entreprises, pour les négociations commerciales 2014.

Michel-Edouard Leclerc

Alors que le colloque organisé par LSA sur les relations commerciales réunissant plus de 600 personnes et en présence du ministre de la Consommation Benoît Hamon va se tenir à Paris jeudi 3, les annonces en faveur des PME pour les négociations 2014 se multiplient. Après la FCD, c’est au tour de Leclerc d’annoncer une plate-forme commune d’actions.

Le plan vise à « sécuriser la relation commerciale entre les partenaires, dans le respect des lois régissant la concurrence, apporter une meilleure visibilité dans leur collaboration pour les PME qui fournissent le Mouvement E.Leclerc, tenir compte de la spécificité et des fragilités des PME dans les négociations commerciales, aider les PME à mieux valoriser leurs innovations et faciliter leurs accès aux acheteurs des différentes entités du Mouvement E.Leclerc.

Leclerc avait fait une annonce similaire l’an dernier, à la même époque. Il avait notamment promis aux PME une clôture des négociations au 31 décembre, qui a été respecté, alors que la loi permet de négocier jusqu’au 1er mars. Cette fois, la négociation est ramenée à fin novembre. Et Leclerc s’engage à payer les factures des PME de la FEEF 10 jours avant les délais légaux. Bref, un réel avantage économique et de visibilité pour ces entreprises qui fabriquent la plupart des MDD ou défendent des petites marques nationales. Leclerc s’engage même à mieux tenir compte de la volatilité des matières premières dans les coûts de revient.  Les produits laitiers sont à la hausse, par exemple, quand les céréales sont en baisse.

Ce type d’accord vise évidemment à réduire les tensions qui existent dans les relations fournisseurs distributeurs.  Leclerc n’est pas la seule enseigne à faire assaut de bonne volonté vis-à-vis de certains de ces fournisseurs. Auchan vient de faire une campagne télévisée originale sur le sujet, et Système U vante les produits d’agriculture raisonnée Agriconfiance produits par les coopératives agroalimentaires. Pour autant, les négociations resteront bien sous l’emprise de la conjoncture, très défavorable, de la hausse des impôts et de la baisse de la demande globale en raison d’un pouvoir d’achat en berne.  

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter