Leclerc surveille de manière "excessive" les salariés d’un centre commercial

|

La Cnil (Commission nationale de l'informatique et des libertés) vient de mettre en demeure la société Hypercosmos, qui exploite un centre commercial sous pavillon E. Leclerc, selon un communiqué publié sur son site.

39 des 138 caméras étaient installées dans les locaux non accessibles du public.
39 des 138 caméras étaient installées dans les locaux non accessibles du public.

C’est suite à une plainte que la société Hypercosmos a été mise en demeure par la Cnil pour "un système de vidéosurveillance des salariés disproportionné". L’autre argument avancé concerne le dispositif biométrique mis en place afin de contrôler les allers et venues des salariés. L’exploitant s’en servait également pour contrôler les horaires de travail des salariés, ce qu’a pu confirmer un contrôle effectué par la Cnil: "Il a aussi permis de constater la présence de 138 caméras dont 87 destinées à la surveillance du centre commercial et 39 implantées dans des locaux non accessibles au public. Les autres sont installées aux caisses de l'hypermarché et filment les caddies et les articles scannés."

Le jugement de la présidente de la Cnil est tel qu’elle a considéré devoir le rendre public: "L'ensemble de ces manquements a conduit […] à mettre en demeure le centre commercial de modifier ces dispositifs pour ne plus porter atteinte aux droits de ses salariés."

Pour rappel, aucune sanction ne sera prise à l’encontre d’Hypercosmos si l’entreprise se met en conformité avec la loi dans le délai imparti.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message