Légumes et fruits goûtent aux joies de la segmentation

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

La segmentation de l'offre se fait désormais à la fois selon les moments de consommation et au fil des saisons...

Endive rouge, tomate orange, petit violet pour l'artichaut, chou-fleur blanc ou vert, pommes bicolores et des fraises pour chaque saison, les fruits et légumes en voient de toutes les couleurs et multiplient les variétés pour séduire en permanence le consommateur. Comme tout autre produit, la segmentation est à l'ordre du jour, dans un marché qui en est encore aux balbutiements du marketing. Qu'il s'agisse de tomate, de fraise, d'asperge, de salade ou encore de pomme, il ne se passe plus une année sans que les producteurs ne développent et lancent une variété nouvelle. L'exemple de la tomate est révélateur.

"En 1998, nous avons lancé pas moins de quatre variétés de tomates", annonce François Quéré, directeur général de Savéol. Ainsi les Carotenn font partie des variétés les plus originales avec une étonnante couleur orange révélatrice de leur richesse en béta-carotène (dite aussi provitamine A). Autres lancements avec les Côtelées, gros fruit légèrement irrégulier pouvant atteindre un diamètre de 102 mm. Pourtant Savéol comme les autres producteurs n'envisagent pas de multiplier les références : "Il faut segmenter sans complexifier l'offre".

L'artichaut s'illustre aussi par une segmentation accrue. "Il y a cinq ans, on ne proposait que la seule variété Camus", rappelle Marc-Eric Pavillard, Responsable du marché France chez Prince de Bretagne. "Aujourd'hui, nous cultivons quatre variétés (Camus, Castel, Violet, Salambo)". Salambo - de couleur rouge/pourpre - est la toute dernière nouveauté lancée en 1998. "Côté pommes de terre, il y a cinq ans, nous n'avions au catalogue que la variété Ostara. Maintenant, celle-ci ne représente plus que 50 % de la production laissant de la place aux Starlette, Aminca, Délice sans oublier les variétés à chair ferme comme les Charlotte, Nicola, Roseval et Rubis".

Côté salades, le consommateur va pouvoir exercer ses talents de découvreur en ajoutant aux sempiternelles laitue et batavia des variétés déjà connues comme l'iceberg et, sans doute demain, l'Endigia, une endive rouge actuellement en test et qui mixte les caractéristiques de l'endive blanche et de la scoggia rouge italienne.

La mâche joue le pari de la naturalité et soigne les conditionnements. A l'occasion du Sial 98, le Val de Loire (Première région de production française), va lancer une barquette cristal qui sera commercialisée au rayon frais avec la mention 4ème gamme.

L'asperge de France fait un pari sur la fraîcheur. Pas moins de 27 groupements de producteurs, représentant 6000 tonnes d'asperges blanches, violettes ou vertes, mettent en place une logistique qui va permettre de passer les produits de la station de conditionnement au distributeur en moins de 24 heures.

La fraise - premier fruit rouge de l'année - se conjugue désormais au pluriel. A la Section nationale Fraise de France qui représente une production de plus de 38 000 tonnes, on recense treize variétés de fraises permettant un étalement des ventes entre le 10 avril et le 15 octobre. Premières arrivées, Gariguette et Pajaro sont suivies en mai par l'Elsanta et la Darselect et, en juillet par des variétés comme Seascape ou Mara des bois. En 1998, la Section nationale a lancé Ciflorette, une nouvelle variété au parfum très développé, juteuse à point et de goût régulier tout au long de la saison.

Fruit fétiche des Français, la pomme est sans doute celui qui a le premier sû jouer la diversification. "Dès 1986/87, la pomme a commencé sa phase de multiplication", analyse Alain Roussel, responsable marketing au CTIFL (Centre Technique Interprofessionnel Fruits et Légumes). Une diversification multifacettes par les variétés, par les moments de consommation ou par les tranches d'âge. En plus de la Gala, Alain Roussel révèle la montée en puissance de variétés telles que Fuji et Braeburn : des pommes acidulées avec plus de sucre mais moins fermes que la Granny Smith qui était la pomme des jeunes des années 80. Autre temps, autre pomme.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1601

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA