Les 35 heures, une révolution toujours critiquée

|

BRÈVES Imaginée pour lutter contre le chômage, la loi sur la RTT a déçu, mais a permis de rééquilibrer le temps des salariés entre vie privée et vie professionnelle.

+07-ASSEMBLEE-35 HEURES
+07-ASSEMBLEE-35 HEURES© © PASCAL GUYOT/ AFP

«Repose-toi tout le temps », « remets tes tongues » ou encore « rhum, tequila, tabasco », l’acronyme RTT pour réduction du temps de travail est devenu une expression à part entière. Lorsque la réforme est votée sur la période 1998-2000, l’idée n’est pas nouvelle. François Mitterrand n’en avait-il pas fait l’une de ses 110 propositions pour la France, espérant ainsi créer des emplois ? Mais le premier président de la République de la gauche ne passera pas à l’acte, se contentant de baisser la durée hebdomadaire de travail à 39 heures, au lieu des 40 en vigueur depuis le Front populaire.

Martine Aubry s’empare de la mesure phare du programme socialiste et la fait adopter par l’Assemblée nationale. Dans son discours, début février 1998, alors que cette loi demande six jours de débat et soulève l’ire de la droite et du patronat, la ministre de l’Emploi et de la Solidarité, se garde bien de faire des 35 heures l’arme antichômage infaillible. « La baisse du temps de travail n’est pas la solution unique, la solution miracle au problème du chômage, mais elle doit être engagée avec résolution car elle peut permettre beaucoup de créations d’emplois. »

8 millions de salariés privés de RTT

Adoptée en première lecture le 10 février 1998, promulguée le 13 juin de l’année d’après, la loi Aubry 1 aura une petite sœur, Aubry 2, deux ans plus tard. Celle-ci supprime l’obligation pour les entreprises de créer 6 % d’emplois en contrepartie de 10 % de baisse du temps de travail. Enfin, le gouvernement Raffarin achèvera quelques années plus tard de détricoter la loi en suspendant l’application aux entreprises de moins de 20 salariés. Huit millions de salariés ne verront jamais la couleur des 35 heures.

Dans l’immédiat, la réduction du temps de travail a bel et bien engendré de nouveaux emplois, de l’ordre de 350 000 selon l’Insee. Deux fois moins que l’objectif fixé par le Parti socialiste. Un effet limité donc sur les embauches, mais réel tout de même, malgré les critiques récurrentes de la droite de l’époque et d’aujourd’hui. Constamment accusées de tous les maux, d’être une mauvaise réponse au fléau du chômage, les 35 heures ont indéniablement bouleversé les habitudes des salariés. Les Français devaient avoir le temps de « bricoler » et de « jardiner ». ­L’Insee nous apprend que les ventes du secteur bricolage ont doublé entre 1996 et 2006. Mieux : celles du petit équipement de jardin ont été multipliées par 15 !

L’influence sur le bien-être des salariés n’est pas négligeable non plus. Beaucoup en ont retiré un bénéfice direct pour leur vie privée, enfants ou pas. Interrogées en 2002, plus de 71 % des femmes ayant des enfants de moins de 12 ans en tirent un bilan positif « sur leur vie quotidienne au travail et en dehors du travail », moins de 5 % un bilan négatif. En revanche, ce n’est pas le cas des femmes non qualifiées sans enfants qui déclarent avoir dû supporter un surcroît de flexibilité. Tout n’est donc pas rose. ???

En dates

  • 1848 La durée légale du travail en France est de 48 heures.
  • 1981 L’abaissement à 35 heures fait partie des « 110 propositions pour la France » du candidat Mitterrand.
  • 1998-2000 Loi fixant la durée légale du temps de travail salarié à temps plein à 35 heures/semaine, en moyenne annuelle, au lieu de 39.
  • 37,9 h/semaine, la durée de travail dans les pays de l’UE.
  • 39 h, la durée de travail légale par semaine en 1982 en France.
  • 350 000 créations de postes entre 1998 et 2002.

Source : Insee

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2333

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message