Les 5 critères d'attraction du futur Jeu de Paume à Beauvais

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le Jeu de Paume ouvrira ses portes au grand public à l’automne 2015 après 24 mois de travaux. Son concepteur, Hammerson, capitalise à la fois sur la richesse de sa zone de chalandise, sur son accessibilité intra-urbaine, sur son originalité architecturale. Ainsi que sur ses apports commerciaux locaux, tels que les enseignes Claire’s, Izac, Calzedonia, Bata ou Decimas. Et il offre en prime un contenu archéologique inusité pour un centre commercial !

Le jeu de Paume devrait rayonner sur une zone de chalandise de 250 000 habitants en croissance de 24,8% entre 1999 et 2010. Selon Hammerson 78% des habitants du bassin beauvaisien déclarent vouloir le fréquenter.
Le jeu de Paume devrait rayonner sur une zone de chalandise de 250 000 habitants en croissance de 24,8% entre 1999 et 2010. Selon Hammerson 78% des habitants du bassin beauvaisien déclarent vouloir le fréquenter.

Les centres commerciaux sont – ou doivent désormais être – comme des vedettes ! A l’évocation de leur nom, un « signe fort » doit d’emblée s’imposer à l’esprit. C’est la condition sine qua non pour s’imposer dans un paysage commercial de plus en plus investi ! Si le Jeu de Paume n’ouvre pas avant l’automne 2015 à Beauvais, peut-être sera-t-il ensuite connu comme «le centre commercial aux vestiges gallo-romains». Mais on ne saurait réduire ses 24 000 m2 répartis en 86 boutiques et restaurants à cette seule réminiscence archéologique. Revue des arguments clés sur lesquels la foncière Hammerson (développant ses activités au Royaume-Uni et en France) appuie le succés de son projet.
 

1) Une zone de chalandise privilégiée

«L’ouverture du Jeu de Paume est des plus attendue par les Beauvaisiennes et les Beauvaisiens, dans une région où il constitue le seul centre commercial régional dans un rayon de 50 minutes » déclare d’emblée Jean-Philippe Mouton, président d’Hammerson France. Sa zone de chalandise (250 000 habitant) a connu, selon la foncière, une croissance de 24,8% entre 1999 et 2010, devançant Nantes et suivant Toulouse. S’y ajoutent les passagers de l’aéroport international de Beauvais. Bref, «avec son taux d’actifs plus élevé que la moyenne provinciale (+ 2 points) ainsi que la présence de grands groupes internationaux (Nestlé, Givenchy, Massy Ferguson Spontex), Beauvais s’impose comme la capitale économique de la Picardie » argumente le communiqué.

2) Urbain et pourtant accessible

Inclure un centre commercial au cœur de la cité est le meilleur moyen de le connecter avec les habitants de sa ville. A condition, cependant, qu’une «thrombose » endémique ne paralyse pas les flux automobiles ou piétons. A en croire Hammerson, le Jeu de Paume est à l’abri de semblable syndrome. Au coeur du centre-ville, à 5 minutes à pied de l’hypercentre de Beauvais, il ne bénéficie pas moins «d’un accès direct grâce aux deux principales voies routières
du département l’A16 et la RN31». Ainsi localisé à la convergence d’importants flux de véhicules et de piétons, le Jeu de Paume est à la fois visible depuis la principale route d’accès au centre-ville et le Boulevard Saint-André. Et grâce à la proximité de la rue commerçante Gambetta-Carnot il revendique une situation stratégique.

3) Une architecture design et contemporaine

Hammerson s’appuie sur des «pointures en architecture » reconnues avec le cabinet d’architectes international Benoy, et Marina Projects et Architectures (MP&A) spécialisé dans l’urbanisme et l’aménagement du territoire en
France et dans le monde. Collaboration qui permettra de concevoir un ensemble «au design chaleureux, convivial et contemporain, avec un mail fluide, lumineux et aéré doté d’une immense verrière sur presque toute la longueur ». Le futur Jeu de Paume se veut un lieu de shopping et de rencontres, conçu comme une promenade familiale à travers le patrimoine de la ville. Quelques détails : au sein des mails, un sol en carreaux gris alterne avec du parquet pour assurer la chaleur des espaces repos. Au plafond, joue une alternance de textures et de grandes surfaces vitrées. Et dans l’entrée monumentale Porte de Bresles, « une combinaison de couleurs et de signalisations murales facilitent l’orientation en
plus de promouvoir l’identité du centre. »

4) Un parcours pédagogique pétri d’Histoire

Mais les constructions de centres ont aussi… leurs imprévus ! Des fouilles archéologiques conduites entre 2011 et 2012 révèlent des vestiges des périodes gallo-romaine et médiévale s’étalant sur un périmètre de près de 22 000 m². Aussi «l’architecture du centre a été pensée pour valoriser ces vestiges du passé qui témoignent du très riche patrimoine historique de la région » s’enorgueillit le promoteur. Parmi ces trésors : les restes de la porte de Bresles, d’où la fameuse Jeanne Hachette a défendu la Ville ! Pour mettre en valeur ces traces du passé, un parcours pédagogique retracera l’histoire du site depuis les parkings, où l’on trouve au sol des vestiges du pont, jusqu’aux mails où est racontée l’histoire du site à travers des vestiges historiques sous vitrines. Une élégante façon de faire voisiner le shopping avec la cathédrale de Beauvais… plus haute cathédrale gothique du monde !

5) Un programme shopping très étudié

Le commerce est paradoxalement le critère le plus éminemment sensible dans le futur succés d’un centre… commercial. Certes Hammerson tient son projet pour déjà plébiscité s’appuyant sur des études selon lesquelles «en janvier 2013, les intentions de fréquentation du Jeu de Paume s’élevaient, parmi les habitants du bassin beauvaisien, à 78%. ». Et d’en conclure «bonne nouvelle si l’on considère que la faiblesse de l’offre actuelle génère une évasion commerciale chaque année estimée à 109 millions d’euros. ». Avec ses 86 boutiques et restaurants, répartis sur deux niveaux dont un hypermarché de 3 000 m2, le Jeu de Paume comptera de nombreuses enseignes tendances, avec notamment les premiers Claire’s, Izac, Calzedonia et Bata de l’Oise. Et Decimas y ouvrira son 4è magasin en France. Point de centre qui ne soit connecté ! Le Jeu de Paume aura sa propre application mobile qui, couplée avec de nombreuses balises de géolocalisation iBeacons, permettra aux visiteurs de savoir à quel étage du centre se situe chaque boutique. Et plusieurs bornes tactiles et interactives seront à la disposition des visiteurs pour leur permettre de se repérer et trouver le parcours le plus rapide vers la boutique de leur choix. Comptes Twitter, Instagram et page Facebook étendront le rayonnement aux réseaux sociaux. Y parlera-t-on de Jeanne Hachette et de la cathédrale de Beauvais, en plus des marques à la mode ?

LES VISUELS ET LES CHIFFRES DU CENTRE

Le chantier près de la cathédrale

Le design intérieur

 

1 commentaire

nico

24/10/2014 21h21 - nico

"Beauvais s'impose comme la capitale économique de la Picardie". Il ne faut quand même pas exagérer ! Beauvais compte trois fois moins d'habitants qu'Amiens, capitale régionale. Amiens est clairement la capitale économique de cette région et la seconde ville du nord de la France après Lille. Beauvais dispose d'un atout indéniable avec son aéroport, hub français de Ryanair, mais ne peut rivaliser en terme de population, de rayonnement, et d'équipement avec Amiens.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez tous les quinze jours l’actualité des centres commerciaux et foncières, surfaces commerciales, artères commerçantes et centres-villes.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA