Marchés

Les 50 catégories stars : Boissons

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Bières de spécialités : Un flot de nouveautés performantes

Voici deux ans, le secteur de la bière était catastrophé par l’annonce d’une hausse des droits d’accise. Les brasseurs pensaient que cela signait la fin de la croissance de leur catégorie. Il n’en est rien… grâce à une flopée d’innovations qui ont particulièrement porté le segment valorisé des bières de spécialités. Ainsi, AB InBev pousse surtout Leffe, première marque de spécialité, et a créé, pour l’été 2014, Cubanisto, une mousse aromatisée au rhum. Les Brasseries Kronenbourg ont sorti coup sur coup Skøll, bière aromatisée à la vodka et K by Kronenbourg, fruitée. Et Heineken communique beaucoup sur Desperados, à la tequila que ce brasseur a déclinée dans une version à la menthe, Desperados verde. Les petites brasseries ne sont pas en reste, tant les Français raffolent de ces signatures de bières, françaises ou belges, d’abbaye ou de microbrasserie, qui font tout le charme de ce rayon.

  • + 17% L’évolution en valeur  
  • 983,4 M€ Le chiffre d’affaires
  • + 14,1% L’évolution en volume
  • + 2,5% L’évolution des prix  

 

 

Eaux aromatisées : Un retour aux basiques payant

Voici deux ans que le petit segment des eaux aromatisées renoue avec la croissance. La recette ? Des arômes davantage naturels, plus de multiplication des références, mais un retour aux parfums préférés des Français. Ainsi, Perrier (Nestlé Waters) a revu, dès 2012, ses formules en s’inspirant des habitudes de consommation dans les bars. Comme 42% des clients consomment Perrier avec une rondelle de citron, la marque a décliné cette habitude dans ses versions aromatisées (citron, citron vert, agrumes). De son côté, Volvic (Danone Eaux France) a pris des couleurs en lançant Volvic au Jus, un nom français remplacé cette année par Volvic Juicy, le nom connu dans le monde entier. Un carton en magasins ! Pour une bonne raison : les eaux aromatisées, depuis qu’elles communiquent sur leur “naturalité”, grignotent sur les boissons à base de fruits que la cible adulte juge trop sucrées.

  • + 8,1% L’évolution en valeur 
  • 115,7 M€ Le chiffre d’affaires
  • +8% L’évolution en volume
  • + 0,2% L’évolution des prix

 

Boissons à base de thé : La cible s’élargit

Ces boissons pour adolescents deviennent petit à petit des boissons pour adultes. À ce jour, cette catégorie est essentiellement tirée par Lipton Ice Tea, de PepsiCo France, 8e marque des boissons sans alcool (avec 96 millions d’euros, à + 8,8%), mais également Nestea, la marque de thé de Coca-Cola, qui annonce, de son côté, une croissance en volume de 61% et le recrutement de 650 000 foyers acheteurs sur un an. Certes, ces deux signatures s’adressent plutôt aux adolescents et jeunes adultes, mais d’autres émergent qui ciblent plutôt les plus de 35 ans. Comme Arizona, marque américaine distribuée par Fresh Food Village, Herbalist, infusions sans sucre créées par Caroline Sirch, ou le traiteur Pierre Martinet, le roi de la carotte râpée, qui cherche à s’inviter sur les boissons de snacking. Autant de marques qui élargissent la cible « consommateurs » des boissons au thé.

  • + 5,1% L’évolution en valeur 
  • 196,6 M € Le chiffre d’affaires
  • + 4,5% L’évolution en volume
  • + 0,6% L’évolution des prix  

 

Vins effervescents : L’alternative aux champagnes

Doucement mais sûrement, les vins effervescents parviennent à se valoriser. Grâce à d’énormes efforts qualitatifs effectués dans le vignoble et dans les chais, mais également dans les stratégies marketing. En cela, les acteurs français pourraient encore gagner en visibilité en s’inspirant des initiatives italiennes et espagnoles. Le cava Freixenet – vin effervescent espagnol élaboré selon la méthode de double fermentation – d’Yvon Mau fait un carton avec sa bouteille noire. Et le prosecco, un vin italien, suit le même chemin depuis que le cocktail spritz, légèrement amer, est à la mode. Cela sous les marques Riccadonna (Rothschild France Distribution, RFD), Martini (Bacardi-Martini), ou Villa Veroni (Maison Malesan). L’atout des vins effervescents : des prix bien inférieurs aux champagnes et une image moderne et décontractée... à développer dans le cas des crémants et autres vins effervescents « made in France ».

  • + 4,4% L’évolution en valeur 
  • 590,9 M € Le chiffre d’affaires
  • 0% L’évolution en volume
  • + 4,4% L’évolution des prix  

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Eaux, sodas, jus, bières, vins, liqueurs et spiritueux : chaque semaine recevez les dernières infos et nouveautés du rayon Boissons.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA