Marchés

Les achats de jouets pour Noël ont commencé plus tôt cette année

|

Selon le panéliste NPD, la saison de Noël commence déjà très fort cette année alors que les ventes de jouets ont augmenté de 3% au mois de septembre et de 8% sur la première semaine d’octobre par rapport à l’an dernier.

«A la différence de l’an dernier, nous pensons que les parents feront leurs achats de Noël plus tôt cette année. Le souvenir des tempêtes de neige et des ruptures de stocks de 2010 reste encore bien présent dans les esprits et il semblerait que les parents ont commencé leurs achats de fin d’année plus tôt, dès le début du mois d’octobre afin d’éviter tout désagrément», explique

 
Les parents continuent de vouloir préserver leurs enfants de la morosité ambiante et les jouets restent une dépense sur laquelle les consommateurs ne souhaitent pas rogner. De façon plus surprenante, les Français ne se tournent pas vers des produits moins chers contrairement à d’autres secteurs d’activité. Ainsi, les ventes de jouets dont le prix unitaire est inférieur 10 euros ont baissé de 1% en 2011 par rapport à 2010 (cumul janvier à septembre) tandis que les ventes de jouets de plus de 10 euros ont augmenté de 10% sur la même période. Précisons que les ventes de jouets dont le prix est supérieur à 10 euros représentent 72% du chiffre d’affaires réalisé sur le marché du jouet en 2011.

Frédérique Tutt, explique : « Les principaux fabricants ne se contentent plus de miser sur des produits dérivés à partir de livres, de films ou de BD mais adoptent des stratégies marketing beaucoup plus élaborées. Ils créent des marques à part entière et déclinent ces univers bien au-delà des jouets, par exemple à la télévision ou au cinéma, ou encore sur internet,  voire même dans des jeux vidéo.  Soutenue par des plans médias de plus grande envergure, cette approche multi-produits permet d’exposer les enfants à une gamme nettement plus étendue de contenus et de jouets et d’encourager le phénomène de collection.»

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter