Les algues, une ressource extraordinaire

|

Dossier Or « vert » de demain, l’algue répond aux défis environnementauxet humains et aux enjeux d’une consommation saine et responsable.

1178548728
1178548728© © PA/ Getty Images/iStockphoto
Chiffre
  • 38 % des Français déclarent leur intérêt pour les algues
Source : Shopadvizor

Utilisées au quotidien en Asie en tant que légumes, les algues y sont réputées bonnes pour la santé avec beaucoup de nutriments. Pourtant, elles restent la ressource la plus inexploitée sur Terre au regard de leurs bienfaits. « Leur potentiel est incroyable ! », lance Éric Philippe, coprésident de l’association Merci les algues ! Au-delà des agents texturants utilisés dans les industries de l’agroalimentaire, de la pharmacie, on assiste à de nouvelles utilisations pour la préparation de biomolécules pour l’agriculture ou de principes actifs et de biomatériaux dédiés à la cosmétique et à la nutrition santé. Mais aussi et, surtout, en tant qu’algue alimentaire (nori, wakamé…).

Avec près de 700 espèces et une récolte oscillant entre 75 000 et 80 000 tonnes par an, la Bretagne est à la pointe. Elle compte une trentaine d’entreprises et des centres de recherche, dont celui de Roscoff (29). Algroupe, start-up de Saint-Brieuc (22) spécialisée dans la transformation d’algues marines, a produit l’an dernier Algood, un ingrédient à base d’algues brunes fermentées qui s’intègre cru et cuit dans des produits alimentaires (salades, plats cuisinés…).

De son côté, l’expert des algues alimentaires GlobeXplore, filiale du groupe Hénaff et qui a lancé en 2019 sa marque Terraveda pour le réseau bio, étoffe sa gamme de tartinables d’algues déshydratées.

Déjà un label

La société Olmix, fondée à Bréhan (56), développe, elle, des solutions à base d’algues (engrais...) afin de réduire l’impact chimique sur les sols, les plantes et les animaux. En 2020, Olmix a lancé Merci les algues ! qui promeut les filières utilisant leurs bienfaits et dont le label est déjà visible sur plusieurs produits. « La filière est positionnée sur la démarche d’une alimentation responsable qui met en avant des pratiques réduisant l’usage des produits chimiques en agriculture et en agroalimentaire », explique Éric Philippe. Ainsi en est-il de la farine de la meunerie Paulic, en Bretagne, issue de blé sans insecticides ni fongicides grâce à l’utilisation de solutions algosourcées pendant l’itinéraire de culture. Autre exemple, celui des œufs Cocorette, issus d’élevage où les algues sont introduites dans l’alimentation des poules.

Preuve de cet intérêt croissant, une subvention de 600 000 € de la région dans le cadre du PM’up Relance Industrie Île-de-France a été reçue par la start-up Algama pour créer une unité de production pour ses produits à base de micro-algues courant 2021. 

Les promesses
  • Faibles en calories, les algues sont riches en nutriments, et peuvent servir d’additifs gélifiants et épaississants pour l’agroalimentaire, la cosmétique, la pharmacie.
  • Elles réduisent l’usage des produits chimiques en agriculture et dépolluent.
  • Elles sont productrices de biocarburants et peuvent servir à faire du plastique écologique.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2656-2657

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message