Marchés

Les ampoules évoluent brillamment

|

Le marché continue sa progression en valeur, tandis que les volumes stagnent, en raison du changement qui s'opère au sein des familles de produits.

Ampoules

Mutation. C'est le mot qui résume le mieux le marché français des ampoules. D'un côté, en effet, c'est la disparition programmée et progressive des ampoules à incandescence, dépolies, et de certains halogènes, sous l'effet combiné de la directive européenne et du Grenelle de l'environnement. De l'autre, les solutions de remplacement, moins énergivores, qui se multiplient dans les rayons, et celles qui émergent, comme les leds.

Du coup, c'est une véritable effervescence qui anime le marché. Selon GfK, son chiffre d'affaires continue à progresser. Il se situe, à fin mars, à plus de 395 millions d'euros. « En valeur, entre avril 2009 et mars 2010, la croissance est de 13,6 %, tandis que l'on constate un recul en volume de 5,2 %, indique Virginie Puard, analyste marketing senior de GfK. Cette tendance à la baisse est particulièrement notable depuis fin 2009-début 2010, et elle suit la logique du marché. Les consommateurs achètent moins mais mieux, à savoir des équipements moins énergivores, comme les lampes basse consommation, mais plus onéreux. »

 

Se préparer pour demain

La bataille de demain se fera sans conteste autour des leds. Aujourd'hui, on trouve ces produits pour un éclairage d'ambiance plus que pour véritablement éclairer. « Il existe des solutions de forte puissance pour l'éclairage, mais elles restent encore onéreuses, en raison des coûts de production, indique Frédéric Granotier, PDG de Lucibel. La technologie led va révolutionner le marché, et apporter une nouvelle façon de vivre son intérieur, plus gaie, avec plus de confort et de bien-être. Les possibilités vont être démultipliées, comme celle d'éclairer des objets, par exemple. » Toutes les marques se lancent d'ailleurs à l'assaut de ce marché qui devrait arriver à maturité dans les douze à dix-huit mois, reléguant les ampoules basse consommation au rang de technologie de transition. « Il est vrai que la led est l'éclairage de demain et que chacun se positionne sur ce marché, note Jacky Brossaud, directeur commercial grand public d'Osram. Pour autant, le consommateur veut avoir le choix. Il ne faut pas aller plus vite que le marché, et continuer à proposer une offre sur les autres technologies. »

 

 Mieux informer

Il faut avouer que, depuis la disparition des ampoules à incandescence, l'offre n'a cessé de croître. « Les distributeurs ont compris l'intérêt des nouvelles ampoules, à forte valeur ajoutée et génératrices de marges », explique Frédéric Granotier. Côté consommateurs, même si des efforts ont été consentis par les marques pour rendre l'offre lisible, un travail de communication s'impose. « Il existe différents types de messages, selon les attentes spécifiques de chaque catégorie de client. Mais globalement, il faut parler en termes de performances - de lumens - plus que de consommation - de watts », résume Jacky Brossaud.

 

395 M€

Le chiffre d'affaires du marché des ampoules, CAM à mars 2010

+13,6%

Sa croissance en valeur par rapport à avril 2009

-5,2%

Son évolution en volume

Source : GfK, données mars 2010/avril 2009

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine toute l'actualité des marchés, des distributeurs et des fabricants Bricolage, Jardinage et Ameublement.

Ne plus voir ce message