Les appareils photo numériques reflex volent la vedette aux compacts

|

ÉTUDE - Même s'il est loin d'égaler le compact en volume, l'appareil reflex affiche une très forte progression. Plus cher à l'achat, vendu comme un système complet avec objectifs et autres accessoires, il porte les espoirs du secteur.

Dans un contexte économique teinté d'incertitudes, le marché des appareils photo numériques (APN), sans se targuer de résultats exceptionnels, a limité la casse en 2008. Certes, son chiffre d'affaires affiche une baisse d'un peu plus de 5 %. Mais avec plus de 5,1 millions d'unités écoulées sur l'année, ses volumes progressent de 2,6 %. Un résultat honorable, qui s'est poursuivi au premier trimestre 2009.

Poids lourds du secteur avec plus de 4,3 millions d'unités écoulées en 2008, les compacts semblent quelque peu freinés dans leur progression, avec des volumes qui commencent à stagner, et une part en valeur décroissante. « Ces appareils sont arrivés à maturité, estime Bertrand Huck, directeur commercial IT, photo et télécoms de GfK. Cette catégorie de produits, qui représente le gros du marché, est entrée dans une phase de renouvellement. » Cette tendance à la stagnation vaut également pour les bridges, en baisse en volume et en valeur. « Ils comblent l'écart entre les compacts et les reflex, et spécifiquement sur le marché français, où ils ont toujours connu une demande plus forte que dans le reste de l'Europe », poursuit Bertrand Huck.

Le reflex, créateur de valeur

Plus qu'un déclin, ces évolutions annoncent surtout une restructuration de la demande. Dont le grand vainqueur est sans conteste le reflex, qui affiche des scores impressionnants : plus de 24 % de progression en volume, et 12 % en valeur. « Tout le monde se bat sur ce segment, confirme Carole Miramont, responsable marketing de Pentax. Le prix des appareils baisse, la technologie progresse et rend le reflex abordable à plus de monde, et plus seulement aux professionnels ou aux amateurs éclairés. » Une mutation poussée par les fournisseurs. « Nous travaillons en étroite collaboration avec nos réseaux de distribution, pour leur apporter des solutions capables de séduire leurs clients, indique Thibaut du Roure, chef de groupe marketing de Canon Communication et Image. L'avantage de ce produit est de permettre de vendre un système complet : à l'appareil photo, s'ajoutent un ou plusieurs objectifs, des accessoires comme un flash, etc. Le reflex crée de la valeur. »

Preuve de ce dynamisme, les optiques associées au reflex ont progressé de 26 % en volume et de 31 % en valeur en 2008. Si l'offre est vaste, les marques ont, sur ce segment, une carte à jouer. « Le reflex exige une grande confiance dans l'appareil que l'on choisit, indique Delphine Mayeux, chef de produit reflex de Nikon. Le client qui va acheter un boîtier et, parfois, plusieurs optiques, préfère se tourner vers une marque pérenne, qui saura l'épauler, lui offrir des services et... ne disparaîtra pas au bout de quelques années. » Nikon a, par exemple, créé la Nikon School, au sein de laquelle elle dispense des cours sur l'utilisation des produits et les techniques photographiques.

De nouveaux relais de croissance

L'engouement pour le reflex ne fait pas pour autant oublier les autres segments. « Les innovations que nous mettons en place pour nos produits professionnels bénéficient également, à terme, aux autres appareils », rappelle Nicolas Guillet, chef de produits compacts de Nikon. Ainsi, du côté des compacts, la tendance est au design, pour offrir des appareils à la fois technologiques et soignés. Plus plats, de plus en plus légers, mais dotés de grands écrans, d'un système de reconnaissance et de suivi des visages, les compacts prennent des couleurs pour séduire une clientèle féminine, qui représente 60 % des acheteurs. Mais aussi les jeunes. « Les APN se font de plus en plus individuels, constate Carole Miramont. À chacun le sien, pour son usage spécifique. La tendance est au multiéquipement des foyers, avec plusieurs compacts, ou un mix entre compact, bridge et reflex. »

Pour les bridges, zoom 24x et objectif grand angle sont de plus en plus proposés, de même que la vidéo intégrée. Mais c'est surtout le prix qui se fait remarquer, puisque le tarif moyen est aujourd'hui tombé sous la barre des 300 E. Enfin, les reflex jouent, eux aussi, la carte de la vidéo, avec des systèmes Full HD, et tentent de faire oublier leur inconvénient : l'encombrement. Objectif affiché : séduire de nouveaux clients. Bien sûr, le nombre de mégapixels reste un critère important, mais il n'est plus l'argument de poids. « Nous sommes passés de la course à la technologie à une question d'usage, assure Delphine Mayeux. Le client veut un produit facile d'accès et simple d'utilisation. Intuitif !» Avec des appareils toujours moins chers, mais flirtant tout de même avec les 700 E, reste à le convaincre que la qualité de l'image a un prix.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2088

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message