Marchés

Les arts de la table retrouvent des couleurs

|

Porté par internet et les solderies, le marché des arts de la table a limité la casse l’an passé. 2021 s’annonce comme un bon millésime. Y compris pour les ventes destinées au CHR, qui ont fortement souffert en 2020.

jl_coquet_hemisphere_sud.jpeg

L’addition aurait pu être bien plus lourde… « À - 7 %, le marché des arts de la table a fait preuve, en 2020, d’une belle résistance, se félicite Hervé Buffet, délégué général de Francéclat, le comité professionnel du secteur. Car nos magasins ont été fermés, l’an passé, 25 % du temps ! » Porté, notamment, par de « nets coups d’accélérateurs en sortie de confinements », poursuit-il, et par un mois de décembre à + 6,5 %, le secteur a surtout pu compter sur deux canaux de vente particulièrement dynamiques : la vente à distance, à + 57 % versus 2019, et les solderies, à + 16 %. Pour ces dernières, il s’agit d’une tendance à l’œuvre depuis plus de trois ans.

Le délégué général de Francéclat ajoute que « les commerces spécialisés s’en sont également bien tirés, à - 7 %, soutenus par le goût retrouvé des Français pour la proximité ». À l’inverse, les grandes enseignes de meubles et plus encore les grands magasins ont souffert en 2020, accusant des replis respectifs de leur chiffre d’affaires arts de la table de 13 % et 36 %.

Que retenir du premier semestre 2021 ? « On observe, depuis le début de l’année, un fort redémarrage de nos ventes dans le retail, indique Gwenaelle L’Hénoret, directrice marketing du groupe Arc (marques Luminarc, Arcopal et Cristal d’Arques). Même constat établi chez J.L Coquet : « Par rapport à 2019, qui fut une année normale, nous enregistrons, depuis le début de l’année, une progression de nos commandes de 40 %, affirme Sébastien Cich, le directeur général du porcelainier. Le succès des émissions de télévision culinaires et la multiplication des contenus déco et maison sur les réseaux sociaux y sont pour beaucoup. Grâce aux confinements, les Français cuisinent davantage et ont envie de dresser de jolies tables, avec des contenants de qualité. »

 

Mixage et terrasses

Dans le canal CHR, après trois premiers mois de 2021 difficiles, l’activité « a fortement redémarré à partir d’avril lorsque les projets hôteliers se sont débloqués », ajoute Sébastien Cich. Autre moteur : la volonté des restaurateurs, depuis la réouverture des terrasses, de s’équiper en produits pour l’extérieur pour ne pas utiliser leurs stocks destinés à l’intérieur. « Un autre segment de marché explose : celui des contenants pour la vente à emporter, remarque Gwenaelle L’Hénoret. Tout s’est accéléré avec les confinements, mais la tendance perdure. »

Alors que l’on observe, toujours chez Arc, une tendance forte des consommateurs à se tourner vers la vaisselle de couleur et unie, une catégorie de produits affiche un fort dynamisme : les pots destinés à la conservation des aliments non périssables, dopés par le succès des produits en vrac. Autres souhaits des consommateurs : mixer les produits, aussi bien au niveau des collections que des couleurs, et aller vers de plus petits contenants, adaptés aux apéros dînatoires. ??? Christian Capitaine

+ 6,5 %

L’évolution CA retail des arts de la table en décembre 2020 vs décembre 2019

800 M €

Le chiffre d’affaires en 2020 du marché des arts de la table, à - 7 %

Source : Francéclat

Explosion de la VAD


Évolution des ventes par canaux de distribution (marché retail) en 2020 vs 2019

Évolution des ventes par canaux de distribution (marché retail) au T1 2021 vs T2 2020

Source : Francéclat

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter