Les caisses U gèrent la monnaie automatiquement à Herbignac

|

Monétique - Les 20 caisses du magasin Super U d'Herbignac, en Loire-Atlantique, sont équipées d'un système de gestion automatisée des espèces. Fini les erreurs de caisse. Les allers-retours des caissières avec leur tiroir cessent aussi, puisque l'argent ne quitte plus le fameux tiroir sécurisé.

À Herbignac, dans la région nantaise, les caissières ont retrouvé le sourire. Et, une fois n'est pas coutume, c'est un automate qui leur a rendu leur bonne humeur : un tiroir-caisse automatisé mis au point il y a un an et demi par Wincor-Nixdorf, qui révolutionne le travail au poste de caisse. Grâce à lui, c'est désormais le client qui introduit lui-même ses pièces et ses billets dans la machine, laquelle se charge également de lui rendre la monnaie, dispensant la caissière d'une tâche pénible et particulièrement anxiogène.

Moins de stress

Auparavant, comme dans tous les supermarchés de l'Hexagone, chaque erreur se retrouvait inexorablement lors du comptage du tiroir-caisse en fin de service... Désormais, grâce à ce concentré de technologie issu de l'expérience de Wincor dans les automates bancaires, l'argent encaissé comme le rendu de monnaie sont fiables à 100 %. Les caissières peuvent respirer de nouveau.

« J'en avais assez de voir mes hôtesses - surtout les étudiantes que nous employons lors du pic de la saison estivale - éclater en sanglots le soir, parce que leur caisse n'était pas juste, raconte Alain Diserbeau, l'adhérent Super U d'Herbignac. Quand Wincor est venu me proposer sa machine, j'ai tout de suite vu le parti que nous pouvions en tirer pour réduire leur stress. D'autant qu'on ne cesse pas de leur ajouter des tâches, fidélité, coupons..., sans jamais leur en retirer. » Le fabricant, qui a déjà installé ce système de cash-management en Suède ou en Autriche et cherchait un site pilote en France, ne s'attendait pas à l'enthousiasme manifesté par l'adhérent. « Nous lui avons proposé de tester la solution sur deux-trois caisses, mais il a bataillé pour basculer la totalité de celles-ci, soit 20 caisses », s'amuse encore aujourd'hui Laurent Houitte, directeur du marketing retail de Wincor-Nixdorf.

Plus grande sécurité

La solution présente de nombreux avantages : un gain de temps estimé par Alain Diserbeau à quinze minutes environ, une hygiène garantie aux caisses des rayons alimentaires puisque les caissières se contentent désormais de manipuler les seules denrées alimentaires, et, surtout, une plus grande sécurité.

En effet, le tiroir-caisse automatique est intégré directement au meuble de check-out qu'il ne quitte plus. Fini les allers-retours des caissières avec un tiroir-caisse rempli de pièces et de billets. À chaque prise de poste, elles s'identifient sur la machine reliée au TPV, et c'est parti pour une journée. Mieux, les pièces et les billets avalés par l'automate sont reconnus par celui-ci, répertoriés par catégorie et immédiatement réutilisés. À l'exception des grosses coupures de 50 E et plus, qui sont retirées de l'automate tous les soirs, le reste de l'argent - soit 300 E environ - reste dans la machine et est recyclé à l'envi. « En éclatant l'argent sur 20 caisses, nous limitons au maximum les risques de braquage », indique Alain Diserbeau.

L'adhérent a néanmoins payé le prix fort pour ces quasi-prototypes : 400 000 E hors taxes, modification des meubles de check-out comprise. Selon lui, c'est une expérimentation qui pourrait être étendue à d'autres points de vente si le groupe de travail bientôt mis en place au niveau de Système U la juge concluante. « Nous serons alors en mesure de négocier des prix nettement plus intéressants », glisse Alain Diserbeau. Ouf !

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2026

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous