Les centres commerciaux n'ont pas souffert de la pénurie de carburant

Contre toute attente, l’impact des mouvements sociaux et des pénuries de carburant n’aura pas eu de conséquences néfastes dans les centres commerciaux, selon le Centre national des centres commerciaux (CNCC)Rectifié des particularités calendaires (un jour de moins en octobre 2010), l’Ile-de-France aura mieux absorbé que la province les conséquences de ces grèves en matière de fréquentation avec -2,2% pour la première et -3,6% pour la seconde. Avec -2,9% et un jour d’ouverture en moins, l’ensemble de la filière affiche donc un résultat stable, particulièrement méritoire pour une période de grandes perturbations des modes de transports en commun et individuels.  « On pouvait s’attendre à une deuxième partie de mois catastrophique, il n’en a rien été, ce qui témoigne de la capacité des centres commerciaux à amortir les effets des éléments conjoncturels. Le consommateur n’a pas annulé mais simplement reporté ses achats vers la fin du mois et sur le début du mois de novembre. La tendance reste donc légèrement positive, en ligne avec les observations des mois précédents.» observe Jean-Michel Silberstein, Délégué Général du CNCC.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter