Les champions du meuble sont confiants dans leur modèle

Malgré une fin d'année qui s'annonce difficile, les leaders du marché du meuble restent sûrs d'eux. Grâce au travail de fond effectué des dernières années... et sans doute à un peu d'esbroufe.

Régis Schulz, PDG de But
Régis Schulz, PDG de But© DR

UN MARCHÉ DE PLUS EN PLUS TENDU

- Déco et cuisine, en quelques années, toutes les enseignes d'ameublement se sont tournées vers ces marchés désormais très disputés. - Les ventes à surface comparable ont tendance à stagner. - La course aux mètres carrés n'apporte pas les relais de croissance espérés.

IKEA

+ 6,1 % L'évolution du chiffre d'affaires à fin août 2011 vs 2010 + 25 % L'évolution des ventes d'ikea.fr 17 % La part de marché en 2010 Sources : Ikea, IPEA Nous avons augmenté nos ventes à surface comparable, surtout en région parisienne ! " Stefan Vanoverbeke, DG d'Ikea France

CONFORAMA

+ 3 % L'évolution du chiffre d'affaires en France au premier semestre 2011 + 2,8 % L'évolution à surface comparable au premier semestre 14,6 % La part de marché en 2010 Sources : Conforama, IPEA Nous gagnons des parts de marché sur le meuble depuis le début de l'année. " Thierry Guibert, PDG de Conforama

BUT

+ 10,9 % L'évolution de chiffre d'affaires au premier semestre 2011 + 1 point La marge brute à, 35,4 % 10 % La part de marché en 2010 Sources : But, IPEA Notre offre est renouvelée, le taux de satisfaction de nos clients en hausse, et les conditions d'achat s'améliorent. " Régis Schulz, PDG de But

Jusqu'ici, tout va bien, ils touchent du bois. Les trois leaders du marché de l'ameublement entament la dernière ligne droite de fin d'année avec des résultats tout à fait honorables au premier semestre pour But et Conforama, voire sur les douze derniers mois pour le suédois Ikea, qui clôt ses comptes à fin août. Un pécule sur lequel ils vont sans doute devoir capitaliser pour garder les indicateurs au vert quand il faudra boucler l'année 2011. Selon l'Institut de promotion et d'étude de l'ameublement (IPEA), alors que la hausse des ventes en cumul depuis le début de l'année était de 3,9% à fin juin, elle n'était plus que de 2,9% à fin août... « La conjoncture n'annonce rien de bon, avertit Christophe Gazel, directeur général de l'IPEA. Si le marché termine l'année en positif, ça sera déjà bien. »

 

La cuisine et la literie, locomotives du secteur

 

En attendant, Ikea se réjouit d'avoir bouclé son dernier exercice sur une croissance de 6,1% de son chiffre d'affaires en France, pour un total de 2,42 milliards d'euros. « Notre part de marché est en hausse », se félicite Stefan Vanoverbeke, directeur général d'Ikea France.

Cette performance est avant tout à mettre sur le compte de l'ouverture des magasins de Reims (51) et d'Avignon (84) en août, lesquelles ont porté le parc de 26 à 28 unités, sans oublier une extension de surface commerciale de 6 000 mètres carrés à Vitrolles (13). « Nous avons aussi profité du très bon développement de notre rayon matelas, grâce à nos efforts de remodelage des espaces en magasins, ainsi que sur la formation des vendeurs », poursuit Stefan Vanoverbeke. Si l'on ajoute le fait qu'Ikea reste leader en volume sur le marché des cuisines, il est normal que les résultats soient au rendez-vous. « Les marchés de la cuisine et de la literie tirent le secteur », confirme Christophe Gazel.

Une tendance dont ont également profité Conforama et But, qui ont réinvesti le créneau de la cuisine depuis deux ans.

Pour l'ancienne filiale de PPR, les ventes ont augmenté de 3 % en France au premier semestre, soit 2,8% à surface comparable. L'année écoulée a été chargée pour Thierry Guibert, son PDG. En plus de négocier la reprise de Conforama par le sud-africain Steinhoff, il est aussi parti à la chasse aux franchisés But. « Nous avions annoncé la reprise de dix d'entre eux. Aujourd'hui, nous avons déjà ceux de Chelles (77), de Cosne (58), de Luneville (54), de Meaux (77), de Menton (06), de Nancy (54) et de Saint-Genis-Pouilly (01) », détaille Thierry Guibert. En parallèle, l'enseigne poursuit la rénovation de son parc. D'ici à la fin de l'année, dix unités supplémentaires passeront au nouveau concept.

En attendant, Confo Déco, son format de poche de centre-ville dédié à la décoration, prend son essor pas à pas. Le troisième point de vente vient d'ouvrir en plein coeur de Paris (75), rue de Rivoli. Un quatrième est prévu à Marseille (13) en novembre. « Nous avons augmenté l'assortiment propre à Confo Déco, passant de 20% à 30% », témoigne son PDG, dont l'objectif de performance reste de dépasser les 2 500 € de chiffre d'affaires au mètre carré. Enfin, d'ici à l'été prochain, entre deux et cinq Conforama devraient ouvrir.

 

 

Trois champions ou trois vainqueurs

 

Quant à But, son patron, Régis Schultz, annonce des résultats impressionnants pour la première moitié de l'année. « À fin juillet, nous étions en progression de 10,9% sur un marché en hausse de 4%, indique-t-il. Ce qui nous fait gagner, c'est la qualité des produits et la sélection. Nous avons développé les collections multistyles, et la cuisine est en progression de 50% sur les deux dernières années. » But s'appuie notamment sur la rénovation de 120 magasins au cours des trois dernières années. « Pour résumer, nous sommes en gain de part de marché, notre taux de satisfaction est en hausse, l'offre a été renouvelée et les conditions d'achat s'améliorent », se félicite Régis Schultz.

Mais trois champions font-ils trois vainqueurs ? Leurs déclarations rapprochées laissent entrevoir un marché où tous les gros gagneraient des parts de marchés sur les plus petits. Ikea assure être en progression à surface constante - « plus de 1% », jure-t-on en interne -, malgré une fréquentation décevante et un parc en forte augmentation. But se voit déjà rééditer les performances des années précédentes, et Conforama ne doute pas de sa progression. « Certaines données me semblent un peu folles, tempère un consultant. Quand des acteurs avec des prix aussi tassés annoncent de telles hausses de chiffre, cela devrait se voir dans les volumes. Pourtant, je n'ai pas eu connaissance d'études de fréquentation des consommateurs qui aillent dans ce sens... » Autant dire que, depuis le retour dans la course de Conforama et de But, grâce à un important travail de fond, le marché du meuble n'a jamais été autant disputé. Et vu le contexte de crise, la situation semble propice aux effets d'annonce...

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2198

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous