Les chips, ensoleillées par l'aromatisation

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Si les Français dévorent de plus en plus de chips aromatisées, qui ne cessent de s'inspirer de l'art culinaire, ils sont encore loin des taux de consommation de leurs voisins européens.

  • 900 g La ration moyenne annuelle de chips consommée par les Français
  • 1,5 kg pour les Allemands, Belges et Suisses
  • 2 kg pour les Italiens
  • 2,7 kg pour les Espagnols
  • 3,5 kg pour les Britanniques
  • 4,3 kg pour les Irlandais

    Source : Bret's

Difficile de trouver dans l'épicerie marché ayant pareille « frite » ! « Une véritable " success story ", s'enthousiasme Emmanuel Pinteaux, directeur marketing épicerie chez PepsiCo France (marque Lays's). Le marché des chips a plus que doublé en valeur depuis 2000, pour atteindre les 300 millions d'euros en 2012. » « Depuis 2006, elles croissent en moyenne de 4% en volume et de 7,8% en valeur par an », confirme Olivier Sallé, responsable marketing et commercial de Bret's. Avec, en prime, un beau potentiel de croissance, puisque, à 74,5% de taux de pénétration, les Français sont parmi les plus faibles mangeurs de chips d'Europe. Et dire qu'il y a une quinzaine d'années, la chips était un simple accompagnement de repas. Aujourd'hui, encore presque trois chips sur quatre grignotées en France sont nature (72% en volume et 65% en valeur).

LES TENDANCES

  • Innover par la variété de pommes de terre. Après avoir lancée la vitelotte, Sibell explore le « potager » d'autres variétés anciennes.
  • Les « popped chips » américaines Popchips arrivent en France avec cinq variétés.
  • Bret's travaille à l'optimisation des chips de légumes, mélange de betteraves, carottes et panais.

Contrainte formelle

Mais le genre offre peu de possibilités d'innovations. En effet, les chips ne peuvent guère être modifiées dans leur forme et les pommes de terre utilisées doivent avoir un taux de matières sèches et une couleur adaptés. Bref, l'envol des chips provient de leur conversion en mode apéritif et snacking grâce à l'aromatisation, à l'initiative de Bret's, en 1995, avec sa recette poulet braisé. Celle-ci reste la deuxième vente derrière la barbecue de Lay's, marque qui revendique la moitié de la croissance du marché depuis 2000.

Les chips aromatisées pèsent ainsi 26% des volumes et 31% de la valeur du marché, et leur première vertu est d'avoir une appellation « explicite » qui parle à la gourmandise du public. Car 75% des décisions d'achat se font en rayon.

Cette saison, Bret's sort ainsi la Carbonara et, plus exotique, la Indian Curry, tandis que la Chèvre et piment d'Espelette joue la carte du terroir. Sibell capitalise sur sa localisation marseillaise avec le Bouillabaisse qui rejoint ses autres références méridionales. Méditerranée encore pour Lay's et sa collection Tapas avec les références Olive et Pesto.

L'une des rares innovations de process est celle de la marque américaine Popchips et ses chips soufflées avec moins de matières grasses.

J’veux du soleil !

Les nouveautés du printemps 2013 jouent la carte «Méditerranée », comme Sibell et ses chips saveur Bouillabaisse.

Mon beau terroir

Bret’s joue en local avec sa référence Chèvre et piment d’Espelette, à côté d’une Carbonara ou d’une Indian Curry.

Version tapas

Lay’s va puiser son inspiration en Espagne pour sa gamme Tapas.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° HSEPICERIE2013

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA