Les choix gagnants du Super U de Craon

|

En vingt ans, Alain Vallée, dirigeant du Super U de Craon (53), a posé une à une les pierres d’un magasin plus durable. Rooftops, photovoltaïque, recyclage ou méthanisation sont au programme.

«Du soleil, pas trop de nuages, pas trop de chaleur, aujourd’hui, c’est un temps idéal pour avoir une belle production d’électricité », lance Alain Vallée, directeur du Super U de Craon (53), en nous dévoilant, du toit de son magasin, les 1 001 panneaux photovoltaïques installés sur son parking couvert. L’installation a été réalisée en 2019 lors de la dernière et la plus importante tranche de travaux, la troisième depuis 2002, date de la construction de ce magasin qui s’étend désormais sur 4 000 m2.

Cette sensibilité au développement durable, Alain Vallée l’a développée au fil des ans. Que de progrès réalisés depuis son premier point de vente de 1 900 m2, inauguré en mai 1991 à Craon, non loin du site actuel, et ce trois ans à peine après sa sortie de l’Ecal de Rouen. « Nous avons intégré cette dimension au fur et à mesure de nos travaux d’agrandissement à travers des actions simples », précise le dirigeant de 58 ans. Parmi elles, l’abandon, dès 2002, du gaz, une énergie certes confortable mais peu maîtrisable, au profit du tout électrique. L’installation, en 2013, des meubles à portes dans tout le magasin (qui utilisent depuis 2018 du CO2 et non plus les gaz R430 et R404, très polluants). Le passage progressif, à compter de 2013 toujours, au 100 % led. La rénovation, en 2018, d’une GTB (gestion technique du bâtiment) et d’une GTC (gestion technique chauffage), ou encore la présence de trois rooftops et d’une CTA (centrale de traitement et de renouvellement de l’air). « Ce sont des systèmes qui coûtent cher mais on ne fait pas d’économies d’énergie sans investissement. Je ne regrette pas ces choix », confirme Alain Vallée. Démonstration chiffrée à l’appui : « Quand on est arrivé, notre compteur électrique était réglé sur 550 kVA, aujourd’hui, alors que la Shon (surface hors œuvre nette) a doublé sous l’effet de l’agrandissement du magasin et de nouvelles installations (fours, réfrigérateurs…), nous sommes à seulement 430 kVA. »

Recyclages tous azimuts

Fier – et pour cause – de cette bonne maîtrise des dépenses énergétiques, Alain Vallée ne se limite pas à ce volet du développement durable. Ce fils de commerçant – ses parents avaient aussi un Super U à La Guerche-de-Bretagne – qui fait partie du groupe QSE de U depuis vingt ans tout pile, est particulièrement actif aussi sur la question du recyclage. Piles, cartouches d’encre, ampoules, batteries, PEM, GEM, fonds de tarte en alu, cintres, bouteilles de gaz, bouchons, bouteilles en plastique (à travers l’Ecobox installée sur le parking) sont récupérés. Avec dans la réserve, la présence de quatre presses pour le polystyrène, le plastique souple, le plastique dur et le carton, dont la machine est particulièrement impressionnante. Non loin des balles de carton, Alain Vallée tient ­aussi à nous montrer des bacs tout blancs. « L’antigaspillage est également une priorité. J’ai installé des bacs pour les produits aux DLC courtes, mais je travaille aussi avec un centre de méthanisation, situé à Bel-Air de Combrée, qui récupère tous les produits périmés. »

Ouvert à toutes les initiatives, le dirigeant a lancé depuis quatre mois un test baptisé « Rapportez-moi pour un réemploi ». Tous les produits signalés en magasin par une pastille peuvent ainsi être déposés par les clients dans des casiers installés dans le hall d’entrée du magasin. Enfin, le local, le bio et le vrac (en alimentaire mais aussi en entretien avec Jean Bouteille) sont tout naturellement au cœur de l’offre de ce magasin.

Les projets à venir de ce chef d’entreprise ? Augmenter la puissance des quatre bornes électriques installées sur le parking pour permettre aux clients de faire des recharges complètes en une heure. Poursuivre les actions pour réduire encore la consommation énergique, pourquoi pas via des panneaux photovoltaïques supplémentaires ou de nouveaux skydomes dans les réserves. Et enfin, préparer activement la transmission de son groupe, composé du Super U de Craon et d’un U Express à Bazouges et fort de près 130 salariés au total, à ses deux filles, qui représenteront alors la troisième génération de commerçants de la famille.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2658

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous