Les commerçants parisiens s’inquiètent des entraves faites au commerce alimentaire de proximité

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Les 700 commerçants parisiens, adhérents de la Fédération de l’Epicerie et du Commerce de Proximité, s’inquiètent du projet d’abaissement du seuil d’autorisation administrative d’implantation des surfaces commerciales de 1.000 m² à 400 m² dans la capitale.  

En limitant la liberté d’implantation à 400 m², la mesure crée un effet de seuil préjudiciable
En limitant la liberté d’implantation à 400 m², la mesure crée un effet de seuil préjudiciable© herreneck - Fotolia

Un projet veut abaisser à Paris le seuil d’autorisation administrative d’implantation des surfaces commerciales de 1.000 m² à 400 m² ! Cette mesure d’exception s’inscrit dans le projet de loi relatif au statut de Paris et à l’aménagement métropolitain, actuellement discuté au parlement. « Cette mesure est d’autant plus étonnante que les derniers chiffres de l’APUR* démontrent la complémentarité de notre secteur et du commerce de bouche dans l’offre alimentaire proposée aux Parisiens », note dans un communiqué la FECP.

Avant d’ajouter : « En effet, le commerce alimentaire de proximité répond aux attentes légitimes des consommateurs parisiens, en termes de qualité et de diversité des produits, de sécurité alimentaire, et de réservation du pouvoir d’achat. En limitant la liberté d’implantation à 400 m², la mesure crée un effet de seuil préjudiciable, à la qualité du service, à l’étendue de l’offre et finalement à son prix ».

Cette nouvelle contrainte administrative pèsera également sur les commerçants déjà installés et qui doivent adapter leurs magasins aux normes d’accessibilité aux personnes en situation de handicap. « En outre, cette mesure aggraverait la distorsion de concurrence en faveur des grands « pure players » étrangers, moins créateurs d’emploi et de lien social, et qui, sans réseau de points de vente, échapperont à cette nouvelle contrainte », assure la FECP.

Défaut de concurrence au détriment des consommateurs

La réforme serait enfin contraire à la préconisation de « suppression d’autorisation administrative d’installation pour les commerces de plus de 1.000 m² » afin « d’animer le jeu concurrentiel » formulée par l’Autorité de la Concurrence. Avis rendu le 11 janvier 2012, sur saisine de la Ville de Paris, alors inquiète d’un éventuel défaut de concurrence au détriment des consommateurs.

La FECP soutient la volonté de la Maire de Paris de conserver un commerce parisien typique. Elle considère toutefois que le maintien d’un commerce alimentaire de proximité dynamique est un rempart au bouleversement de l’équilibre économique du système alimentaire parisien.

(*) Le nombre de points de vente spécialisés progresse de 4% depuis 2010 sur la quasi-totalité des commerces spécialisés. (APUR – Atelier Parisien d’Urbanisme – Mars 2015).

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
X

Recevez chaque semaine GRATUITEMENT l'actualité des réseaux de franchise de la grande distribution et de la restauration.

Tous les faits marquants dela journée identifiés, sélectionnés et classés par la rédaction de LSA.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA