Tout le dossier Tout le dossier

La conso s'engage : les contradictions du circuit court

Partager
La conso s'engage : les contradictions du circuit court
On le voit, si le développement du circuit court est une impérieuse nécessité, il convient de se méfier de ses contradictions et de ne pas en faire un dogme.

A juste titre, le circuit court est à la mode. Mais de quoi parle-t-on ? Selon le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, il s’agit d’« un mode de commercialisation des produits agricoles qui s’exerce soit par la vente directe du producteur au consommateur, soit par la vente indirecte, à condition qu’il n’y ait qu’un seul intermédiaire ». Cette définition n’est donc pas très restrictive puisqu’elle ne mentionne pas la moindre distance. Un produit dit de circuit court peut traverser toute la France ! Certes, d’un côté, il ne faut pas limiter ce concept au « localisme », mais de l’autre, il convient de ne pas aller trop loin… C’est pourquoi l’Ademe évoque un périmètre plus petit qui constitue des circuits courts de proximité : 30 km pour les produits agricoles simples et 80 km pour ceux qui nécessitent une transformation. Certains allant jusqu’à 150 km.

Autre paradoxe, pour certains, le circuit court est une façon de manger « sain ». Or cela ne garantit en rien la qualité des produits. Ce n’est pas un label et, parfois, un produit bio venant d’un peu plus loin est peut-être préférable. D’autre part, le circuit court, ce n’est pas renoncer à manger varié et équilibré toute l’année sous prétexte qu’il ne faudrait consommer que local.

Attention aux fausses évidences

Les circuits courts peuvent aussi avoir leurs limites si on les enferme dans des normes trop strictes, en oubliant d’organiser une logistique et un transport durables. À titre d’exemple, les émissions par kilomètre parcouru et par tonne transportée sont environ dix fois plus faibles pour un poids lourd de 33 tonnes que pour une camionnette de moins de 3,5 tonnes ! En résumé, une salade cultivée en Allemagne sous serre en hiver aura un bilan CO2 émis deux fois plus élevé, même consommée localement, que le même légume cultivé en plein air et importé depuis l’Espagne. Attention aux fausses évidences ! On peut aussi ajouter qu’à Lille, par exemple, le circuit court comprend la ­Belgique, juste de l’autre côté de la frontière. Rien à voir, donc, avec le « made in France ».

Pour terminer, le circuit court se résume, pour certains, à une opposition entre petits producteurs et grande distribution. Or les circuits courts englobent une grande diversité de circuits de production et de commercialisation. Bien évidemment, des enseignes, notamment les Amap (associations pour le maintien d’une agriculture paysanne) et des coopératives, se spécialisent sur ce marché avec un certain succès. Mais des enseignes nationales proposent aussi des offres. Carrefour se lance ainsi dans les alliances ultralocales avec un contrat-type permettant à chaque magasin de s’approvisionner en circuit court. On le voit, si le développement du circuit court est une impérieuse nécessité, il convient de se méfier de ses contradictions et de ne pas en faire un dogme, et encore moins une simple question d’image.

PARCOURIR LE DOSSIER

Entreprises

La conso s'engage : séduire des salariés de la jeune génération

Agroalimentaire

La conso s'engage : jusqu'où aller dans la chasse au sucre ?

Agroalimentaire

La conso s'engage : tendre vers le zéro gaspillage alimentaire

Distribution alimentaire

La conso s'engage : de la nécessité de valoriser les filières

Développement durable

La conso s'engage : le cercle vertueux des achats responsables

RSE

La conso s'engage : la parentalité, clé pour améliorer la parité

Développement durable

La conso s'engage : réparer, grande cause nationale

LSA Green

La conso s'engage : le (trop) plein de bornes de recharge électriques ?

LSA Green

La conso s'engage : savoir jusqu'où nettoyer ses recettes

LSA Green

La conso s'engage : la manutention, moins rude mais plus intense

LSA Green

La conso s'engage : le tortueux destin du Nutri-score

LSA Green

La conso s'engage : la chère image de la seconde main

LSA Green

La conso s'engage : les légumineuses, l'ingrédient qui monte

LSA Green

La conso s'engage : l'éolien, une énergie de plus en plus sensée

Made in France

La conso s'engage : le made in France, quoi qu'il en coûte ?

Bio

La conso s'engage : débat sur le rythme des conversions en bio

Développement durable

La conso s'engage : des produits de beauté à vite recycler

LSA Green

La conso s'engage : protéger coûte que coûte la biodiversité

Développement durable

La conso s'engage : plus de transparence sur l'empreinte carbone

Développement durable

La conso s'engage : énergie, économiser aussi ses mots

RSE

La conso s'engage : le retail, source d'emploi pour les handicapés

Développement durable

La conso s'engage : le vrac, l'art et la manière

Développement durable

La conso s'engage : réduire toujours plus les emballages

Développement durable

La conso s'engage : l'impératif économique de rouler à l'électrique

Développement durable

La conso s'engage : des toits verts, bien plus que de l'esthétisme

Développement durable

La conso s'engage : vers la réduction du suremballage

Consommation

La conso s'engage : les salariés, futurs ambassadeurs de la RSE

RSE

La conso s'engage : la carte maîtresse des seniors

Consommation

La conso s'engage : des promotions, oui, mais plus transparentes

Développement durable

La conso s'engage : vers des emballages moins polluants

Consommation

La conso s'engage : aider les étudiants, une mission essentielle

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS

Tous les événements

Les formations LSA CONSO

Toutes les formations

LES SERVICES DE LSA CONSO

Trouvez les entreprises de la conso qui recrutent des talents

MICHAEL PAGE

Business Analyste H/F

MICHAEL PAGE - 24/09/2022 - CDI - Lille

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par
LSA

Les réseaux de Franchises à suivre

INDIANA CAFE

INDIANA CAFE

Depuis plus de 30 ans Indiana café est la « brasserie américaine » !

+ 2600 franchises référencées

Tout voir
Proposé par
Toute la Franchise

ARTICLES LES PLUS LUS