Marchés

Les coopératives dénoncent le blocage des tarifs

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Les Coop de France, qui représentent la moitié des ventes d’agro-alimentaire (80 milliards d'euros), se sentent sur le fil du rasoir, entre chutes de revenus des producteurs, grèves dans les ports et le fret ferroviaire et difficuté à passer des tarifs en hausse sur les produits transformés dans les négociations avec les centrales d'achat. «La situation s’est durcie, affirme Philippe Mangin, président de Coop de France. La distribution bloque tout sous prétexte que certains profiteraient de la crise, alors que la situation des filières bovine, porcine et avicole est parfaitement connue. Il y a trois semaines nous sentions une ouverture à nos problèmes. C'est fini, nous n’arrivons plus à discuter, l’inquiétude dans de nombreuses filières de la coopération se répand et va bien au-delà de ce qu’on imagine ! ». Les coopératives d’abattage de viandes ont pourtant fait savoir, par communiqué, qu’elles redonneraient aux producteurs « en toute transparence » les gains en matières de tarifs obtenus auprès des distributeurs. Le secteur de la volaille veut également monter au créneau et promet de mener des actions de stickage des produits en magasin pour sensibiliser à la fois les responsables de la grande distribution et les consommateurs sur la situation des producteur. Dans une interview à LSA TV, le ministre de l’Agriculture a indiqué que «les hausses de tarifs étaient nécessaires et que les distributeurs doivent répercuter tout ou partie des hausses des matières premières. L’alimentaire est une filière. Chacun doit jouer le jeu », a indiqué le ministre au journaliste de LSA, qui l’a interviewé dans le cadre du Sial.  

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA